Accéder au contenu principal
SYRIE

Syrie : libération de Mazen Darwich, défenseur des droits de l'Homme

Mazen Darwich était maintenu en détention depuis plus de trois ans pour "apologie du terrorisme".
Mazen Darwich était maintenu en détention depuis plus de trois ans pour "apologie du terrorisme". DR
3 mn

Le célèbre défenseur syrien des droits de l'Homme Mazen Darwich a été libéré. L'activiste, qui avait été arrêté en février 2012 pour "apologie du terrorisme", a été torturé durant sa détention par les services de sécurité syriens.

Publicité

Mazen Darwich, célèbre défenseur syrien des droits de l'Homme et critique du régime de Bachar al-Assad, a été remis en liberté, lundi 10 août, après avoir été maintenu en détention plus de trois ans par les services de sécurité du pays. "Le tribunal prononcera le verdict final le 31 août", a affirmé à l'AFP son épouse Yara Bader, elle-même journaliste.

Directeur du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression, Mazen Darwich avait été arrêté le 16 février 2012 à Damas avec deux de ses collègues, Hani Zaitani et Hussein Ghreir. Tous trois ont été accusés d'avoir fait l'"apologie du terrorisme" en vertu d'une loi antiterroriste.

De nombreux appels avaient été lancés pour la libération des trois militants, libérés à la faveur d'une amnistie décrétée à la mi-juillet par le président Bachar al-Assad. Mais bien qu’il ait bénéficié de l'amnistie, Mazen Darwich a été libéré avec 23 jours de retard. Ses deux collègues ont été eux libérés le mois dernier.

Lauréat en 2015 du Prix mondial de la liberté de la presse de l'Unesco

Âgé de 41 ans, Mazen Darwich a remporté le Prix Roland-Berger pour la dignité humaine en 2011, le Prix Reporters sans frontières (RSF) en 2013 et le Prix mondial de la liberté de la presse 2015 de l'Unesco. Lors de la remise de ce dernier, Yara Bader avait indiqué que son époux avait "déjà pardonné à ceux qui l'ont torturé presque à mort". Et d’ajouter : "Je suis sûre que Mazen sera libéré un jour".

"Nous sommes soulagés que Mazen Darwich ait pu recouvrer la liberté", a déclaré le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), Christophe Deloire, dans un communiqué. "Nous attendons désormais que la justice reconnaisse son innocence. Mazen Darwich est un symbole fort de la résistance à un régime qui n'a cessé d'étouffer l'information indépendante et de passer sous silence les violations des droits de l'Homme". Amnesty International s'est également félicité de sa libération "qui aurait dû intervenir depuis longtemps".

Plus de 200 000 personnes sont détenues dans les prisons et centres de détention du régime, selon l'Observatoire syrien pour les droits de l'Homme (OSDH). Près de 13 000 détenus ont été tués sous la torture depuis le début en mars 2011 du conflit.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.