Accéder au contenu principal

Les États-Unis réduisent leur programme d'entraînement des rebelles en Syrie

Ashton Carter, secrétaire américain à la Défense, lors d'une conférence de presse à Londres, vendredi 9 octobre.
Ashton Carter, secrétaire américain à la Défense, lors d'une conférence de presse à Londres, vendredi 9 octobre. John Thys, AFP

Le programme américain de formation et d'équipement de rebelles syriens modérés, qui connaissait une pause depuis la fin du mois de septembre en raison de son inefficacité, va être réduit, a annoncé vendredi le Pentagone.

PUBLICITÉ

Devant la médiocrité des résultats obtenus par l’armée américaine pour former des rebelles modérés en Syrie, Washington a décidé de revoir sa copie. Les États-Unis vont faire évoluer leur programme d'entraînement aux groupes syriens anti-État Islamique en se "concentrant" désormais plus sur la fourniture d'équipements et d'armes, a annoncé le Pentagone.

"Auparavant, il s'agissait de former des unités d'infanterie, nous allons maintenant évoluer vers un modèle qui va procurer plus de capacités de combat", selon un responsable américain de la défense. Il s'agit de "recentrer le programme pour améliorer son efficacité", a fait savoir un autre responsable américain.

"Nous surveillerons la progression de ces groupes et nous leurs procurerons un soutien aérien pendant leur combat contre le groupe État islamique", a affirmé Peter Cook, porte-parole du Pentagone."Concentrer ainsi notre effort va nous permettre de renforcer les progrès déjà faits contre le groupe État islamique en Syrie", a-t-il ajouté.

Le Pentagone avait indiqué fin septembre que les États-Unis faisaient une "pause" dans ce programme, le temps de le revoir.

Lancé au début de l'année par les États-Unis, le programme de formation et d'équipement du Pentagone, doté de 500 millions de dollars, devait concerner environ 5 000 rebelles syriens par an pour combattre en Syrie le groupe État islamique (EI).

Un programme calamiteux

Mais ses débuts ont été désastreux : il n'a pour l'instant permis de former que deux groupes de 54 et 70 combattants. Et en juillet, le premier groupe a été attaqué par Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

Le président Barack Obama avait lui-même avoué la semaine dernière que le programme était à la peine. "Je suis le premier à reconnaître qu'il n'a pas fonctionné, comme il aurait dû", a-t-il déclaré.

Les experts attribuent le peu de résultats jusqu'à présent du programme de formation de rebelles du Pentagone au filtrage extrêmement serré des recrues potentielles opérés par les Américains.

Et au fait que Washington demandait aux groupes formés de se battre exclusivement contre le groupe EI, et non contre le régime de Bachar al-Assad.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.