TCHAD

Tchad : plusieurs dizaines de morts dans trois explosions attribuées à Boko Haram

Un réfugié nigérian porte un récipient d'eau dans un camp de réfugié près de Baga Sola, sur les rives du lac Tchad, le 7 avril 2015.
Un réfugié nigérian porte un récipient d'eau dans un camp de réfugié près de Baga Sola, sur les rives du lac Tchad, le 7 avril 2015. Philippe Desmazes, AFP

La ville tchadienne de Baga Sola, sur les rives du lac Tchad, a connu trois explosions, samedi, attribuées à Boko Haram. Au moins 41 personnes sont mortes et 48 ont été blessées, a annoncé le gouvernement tchadien.

Publicité

Un triple attentat survenu dans la sous-préfecture tchadienne de Baga Sola, située près de la frontière avec le Nigeria sur les rives du lac Tchad, a fait au moins 41 morts et 48 blessés samedi 10 octobre, a déclaré le gouvernement de N'Djamena.

La première explosion a eu lieu sur le marché aux poissons de Baga Sola, et les deux autres à Kousseri, un quartier périphérique de la ville qui accueille de nombreux réfugiés.

Les circonstances de ces attentats restaient floues samedi en début de soirée. Selon une source humanitaire jointe au téléphone par l’AFP, un adolescent kamikaze s'est fait exploser au marché tandis que les déflagrations de Kousseri sont l'œuvre de "femmes voilées". Ces informations n'ont pu être confirmées officiellement.

"En ce moment il y a des corps éparpillés partout, une tête par-ci, une jambe par là, c'est la panique générale", a expliqué à l'AFP un habitant sous couvert d'anonymat, précisant que "les gens tentent actuellement de reconstituer les corps".

D'après une source sécuritaire, les secours ont évacué les blessés - dont "10 cas très graves" - vers le petit hôpital de la ville, débordé face à un tel afflux.

Boko Haram suspecté

Si Baga Sola n'avait encore jamais été frappée par les islamistes, ces explosions ont été attribuées au groupe islamiste Boko Haram.

Le lac Tchad est partagé entre le Nigeria, le Niger, le Cameroun et le Tchad. Même si sa superficie se réduit d'année en année en raison du réchauffement climatique, il abrite une multitude d'îles et îlots peuplés de pêcheurs, et ses abords sont rendus difficiles par une végétation dense, ce qui facilite les infiltrations des islamistes de Boko Haram en territoire tchadien pour y mener des attaques.

Depuis le début de l'année, l'armée tchadienne est engagée dans une opération militaire régionale contre Boko Haram dont les raids et attentats se sont étendus au-delà du nord-est du Nigeria.

Cette offensive a infligé de sérieux revers au groupe affilié à l'organisation de l'État islamique, mais les insurgés mènent toujours des attaques dans la région et se servent du lac comme lieu de repli.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine