Accéder au contenu principal
COUPE DU MONDE DE RUGBY

Humiliés par les All Blacks, les Bleus quittent le Mondial de rugby la tête basse

Les Bleus ont encaissé neuf essais face aux All Blacks.
Les Bleus ont encaissé neuf essais face aux All Blacks. Gabriel Bouys, AFP
6 mn

Écrasé par d'impressionnants All Blacks, le XV de France a été éliminé sans gloire de la Coupe du monde 2015 de rugby, dès les quarts de finale (62-13). Les Bleus, balayés en deuxième période, ont encaissé neuf essais.

Publicité

envoyé spécial France 24 à Cardiff (Pays de Galles)

Trop forts. Ce samedi soir, dans un Millenium Stadium de Cardiff largement acquis à la cause du XV de France, les Néo-Zélandais étaient tout simplement beaucoup trop forts. Et c'est fort logiquement qu'ils ont validé leur billet pour les demi-finales de la Coupe du monde 2015 de rugby, après avoir infligé aux Bleus une humiliation sans précédent ou presque (62-13).

D'entrée de jeu, les All Blacks ont enclenché la marche avant. Face à des Français visiblement restés aux vestiaires – et qui n'ont par ailleurs proposé aucune réponse au traditionnel "haka" de leurs adversaires – les Néo-Zélandais ont débuté pied au plancher.

Six minutes d'une intense domination dans les 22 mètres français – 82 % de possession de balle – qu'ils ont concrétisé par la botte de Dan Carter, impérial tout au long de la rencontre (3-0, 6e).

Quatre minutes plus tard, sur leur toute première incursion dans le camp néo-zélandais, les Français ont récupéré une pénalité, au-delà des 50 mètres. Scott Spedding, l'artificier maison, s'est chargé de ramener les Bleus au score d'un coup de pied magistral (3-3, 10e).

Michalak maladroit puis blessé

Mais la sanction n'a pas tardé à tomber pour les Français. Juste après le renvoi, Frédéric Michalak s'est fait contrer sur un coup de pied à hauteur de ses 22 mètres. Et Brodie Retallick, qui a suivi sa propre intervention, s'est chargé d'aplatir dans l'en-but, donnant dans la foulée l'occasion à Carter de s'illustrer au pied (10-3, 11e), tandis que le 10 français sortait du terrain sur blessure. Coup dur.

Le pied, c'est justement ce qui a donné un temps aux Bleus l'impression qu'ils pouvaient rivaliser avec leurs adversaires du soir. Parra a logiquement réduit le score sur une pénalité dans l'axe, aux 25 mètres, peu avant le quart d'heure de jeu (10-6). Mais c'est dans ce même contexte qu'il a ensuite failli à remettre les siens sur de bons rails, en manquant un coup de pied pourtant très largement à sa portée, sur la ligne des 22 mètres (16e).

Derrière, la punition est de nouveau tombée. Face à une défense française aux fraises, les All Blacks ont logiquement concrétisé un énorme surnombre sur le côté droit par Nehe Milner-Skudder, bonifié ensuite par Carter (17-6, 25e).

Et dans la foulée, les joueurs de Steve Hansen ont enfoncé le clou, cette fois côté gauche... Sur un nouveau surnombre, c'est le puissant Julian Savea qui a hérité d'une superbe "chistera" de Carter et marqué le troisième essai des siens (24-6, 29e).

Picamoles scoreur puis lâcheur

La France, emmenée par un Louis Picamoles tout en puissance dans l'axe, a bien cru recoller en inscrivant un essai transformé ensuite par Parra (24-13, 36e), mais l'espoir des Bleus a été de courte durée. Juste avant la pause, Savea a inscrit la première de ses trois réalisations du soir après une incroyable percée côté gauche, qui a laissé sur les fesses Noa Nakaitaci et Spedding (29-13, 39e).

Au retour des vestiaires, les hommes de Philippe Saint-André ont tenté de réagir. Durant cinq minutes, ils ont bousculé les Blacks avant de sombrer, une fois encore, dans leurs travers. Sur un maul à l'avantage des Français, qui avaient récupéré une pénalité, Picamoles a été pris par la patrouille après avoir asséné un coup de poing à Richie McCaw, alors à terre. L'arbitre du match Nigel Owens n'a pas hésité et a sanctionné le 8 français d'un carton jaune, laissant les Bleus à 14 contre 15 durant 10 minutes (46e).

Des All Blacks incroyablement dominateurs

Une infériorité numérique qui, sans surprise, a profité aux Néo-Zélandais. Ils ont aggravé le score par Kaino, en bout de ligne, quelques minutes seulement après la sanction (34-13, 50e).

Les champions du monde en titre ont ensuite eu la courtoisie d'attendre le retour de Picamoles sur le terrain avant de faire évoluer de nouveau le score. Mais c'était pour mieux parachever l'oeuvre du jour. Dans les 20 dernières minutes, les All Blacks ont tout bonnement marqué quatre essais supplémentaires. Implacables.

Face à des Bleus bras ballants, Savea (60e), Read (64e) et Kerr-Barlow (68e, 70e), bien aidés une fois encore par la botte de Carter, ont porté le score à 62-13, sous la bronca des milliers de supporters venus encourager les Bleus.

Samedi 24 octobre, pour les demi-finales à Twickenham, il n'y aura donc plus de bleus dans les rues. Un échec cuisant pour le vice-champion du monde en titre. Et si le XV de France souhaite retrouver le dernier carré d'une Coupe du monde, dans quatre ans au Japon, il faudra aller au charbon dès les prochaines échéances. Au vu du spectacle de ce samedi soir, le chantier du prochain sélectionneur des Bleus, Guy Novès, s'annonce tout simplement pharaonique.

 

Pour revivre la rencontre Nouvelle-Zélande - France, quart de finale de la Coupe du monde de rugby 2015, en direct sur votre smartphone ou votre tablette, cliquez ici.

Si le liveblog ne s'affiche pas, merci de rafraîchir la page en appuyant sur F5. 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.