SUISSE

Législatives suisses : la droite populiste remporte un tiers des sièges du Conseil national

Les électeurs suisses ont de nouveau donné le plus grand nombre de voix à l'UDC, parti de droite populiste, lors des législatives du dimanche 18 octobre.
Les électeurs suisses ont de nouveau donné le plus grand nombre de voix à l'UDC, parti de droite populiste, lors des législatives du dimanche 18 octobre. Fabrice Coffrini, AFP

Le parti de droite populiste suisse, l'UDC, nettement anti-immigration, a enregistré dimanche une progression spectaculaire aux élections législatives en remportant un tiers des sièges du Conseil national.

Publicité

L'Union démocratique du centre (UDC), la droite populiste anti-immigration, reste le premier parti de Suisse et sort même renforcée des législatives, dimanche 18 octobre. Elle obtient près d'un tiers des sièges du Conseil national, selon des résultats définitifs.

L’UDC gagne 11 élus, avec au total 65 représentants à la chambre basse du Parlement, qui compte 200 élus. Elle fait mieux que son meilleur score de 2007, où elle avait obtenu 62 élus. Dans la chambre sortante, élue en 2011, l'UDC occupait 54 sièges.

it
"La Suisse est conservatrice"

La participation au vote de dimanche a été à peine supérieure à 48 %."Les gens ont voté guidés par la peur", selon une candidate socialiste, Rebecca Ruiz, ajoutant que le thème des réfugiés et de l'immigration, favori de l'UDC, avait été "malheureusement très dominant dans la campagne".

Le Parti socialiste (PS), deuxième formation du pays, perd 3 sièges avec 43 élus et l'autre parti de droite, le Parti des libéraux radicaux (PLR) obtient 3 élus de plus avec 33 représentants. Les Verts, de leur côté, perdent 4 sièges et les Verts-Libéraux en perdent 6.

La Suisse épargnée par la vague de migrants

L'UDC s'était choisi comme slogan "rester libres". En février 2014, elle avait surpris avec le succès de son référendum contre "l'immigration de masse" destiné à imposer des quotas aux ressortissants de l'UE de plus en plus nombreux à venir travailler en Suisse. L'UE a alors menacé de dénoncer tous les accords bilatéraux avec Berne si la libre circulation était supprimée. Le gouvernement a jusqu'en 2017 pour trouver une solution.

L'affiche la plus radicale durant la campagne était celle des jeunes UDC du canton de Vaud : une caricature de jihadiste portant un brassard UE, avec en fond le drapeau étoilé de l'UE, qui s'apprête à décapiter une jeune blonde bâillonnée vêtue d'un drapeau suisse avec l'appel : "Gardez la tête sur les épaules, votez pour la liste UDC".

Alors que la Suisse est pour le moment épargnée par la vague de migrants arrivant en Europe, un sondage de l'institut gfs.bern révélait que pour près d'un Suisse sur deux (48 %) les questions de l'asile et de l'immigration constituent la "première priorité", loin devant les relations avec l'UE.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine