Accéder au contenu principal
Focus

La situation des migrants suscite de vifs débats en Allemagne

Capture d'écran France 24

Alors que l'afflux migratoire vers l'Allemagne est encore plus intense que prévu, le scepticisme grandit au sein de l'opinion publique allemande. Reportage.

Publicité

L’Allemagne est devenu la destination principale pour les migrants qui veulent gagner l’Europe. Mais alors que leur nombre ne cesse d'augmenter, la question suscite de vifs débats dans la société allemande. Les rixes dans des camps de réfugiés saturés se multiplient, les formalités administratives sont de plus en plus longues et les Allemands se demandent si le pays est vraiment en mesure de gérer ces arrivées, comme le promet la chancelière Angela Merkel.

Les reporters de France 24 se sont rendus au principal centre d’enregistrement des demandes d’asile de Berlin. Chaque jour, ils sont nombreux à attendre pour déposer leur dossier et obtenir un logement dans un foyer. Et la situation des réfugiés est de plus en plus précaire. "Il y a des bagarres tous les jours, tous les jours. Les gens ne s'entendent pas bien entre eux, il y a des conflits entres les Albanais et les Arabes", confie l’un d’eux au micro de France 24.

Nombreux sont les Allemands qui tentent d’aider pour distribuer repas et vêtements. Mais même parmi les bénévoles, le ras-le-bol est palpable. Michael Ruscheinsky est présent tous les jours depuis le début de la crise migratoire cet été et comme les autres, il se sent abandonné par les pouvoirs publics.

"Quand il s'agit d'aider des gens qui sont vraiment dans la misère, il n’y a rien. Il y a vraiment de quoi se poser des questions sur la volonté d'aider des responsables politiques locaux et nationaux. S'il n'y avait pas tous ces bénévoles, je pense qu'on aurait déjà perdu des gens", déplore-t-il.

Le doute grandit au sein de l’opinion publique allemande

Face à ces failles dans l'accueil et la prise en charge des réfugiés, les Allemands sont pris de doutes. Selon un récent sondage, la moitié d'entre eux disent désormais avoir peur de l'afflux de réfugiés.

La gestion de la crise par le gouvernement allemand est ainsi critiquée de toutes parts. Selon le syndicat de la police, il faudrait 30 000 fonctionnaires supplémentaires pour maîtriser la situation. "Il ne s'est rien passé pendant des mois pour faire face à cette crise des réfugiés et maintenant, tout le monde s'agite", dénonce Rainer Wendt, président du syndicat allemand de la police. "Les gens voient que l'État ne maitrise pas bien la situation et cela leur fait peur, et les rend aussi agressifs", observe-t-il.

Dans tout le pays, les manifestations anti-migrants prennent de l'ampleur, notamment pour protester contre l'ouverture de centres de demandeurs d'asile. Un phénomène particulièrement présent dans l'est du pays.

>> À lire sur France 24 : "Une femme politique allemande poignardée par un anti-migrants"

Par ailleurs, à la faveur de la crise migratoire, le mouvement anti-islam et anti-migration Pegida relève la tête. Après s'être essoufflé au printemps, la manifestation du lundi à Dresde, en Saxe a attiré 10 000 personnes environ la semaine dernière. Et parmi les manifestants, le ton s'est radicalisé contre les réfugiés, mais aussi contre la chancelière Angela Merkel.

Ainsi, entre solidarité et rejet de l'étranger, l'Allemagne a rarement été aussi divisée. Pour Angela Merkel et son gouvernement, la crise migratoire est désormais devenue un défi historique, alors que plus d'un million de réfugiés sont attendus cette année en Allemagne.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.