LIBYE

Libye : le parlement de Tobrouk rejette le gouvernement d'union de l'ONU

Des hommes libyens protestant contre le gouvernement d'union nationale proposé par l'ONU, le 9 octobre 2015.
Des hommes libyens protestant contre le gouvernement d'union nationale proposé par l'ONU, le 9 octobre 2015. AFP, archives

Le parlement de Tobrouk, en Libye, a rejeté, lundi, le gouvernement d'union nationale proposé par l'ONU. Quatre ans après la mort de Mouammar Kadhafi, le pays, livré aux milices, compte deux "gouvernements" se disputant le pouvoir.

Publicité

Les parlementaires libyens ont décidé, lundi 19 octobre, de rejeter le plan de paix de l’ONU établissant un gouvernement d'union nationale, et ce sans même passer par un vote.

Ali Tekbali, un parlementaire, a expliqué que cette décision avait été prise en session. "Il n'y a pas eu de vote puisque la majorité des membres sont contre" le plan onusien, a-t-il affirmé.

L'agence officielle Lana, proche du gouvernement reconnu par la communauté internationale, a indiqué de son côté qu'"une majorité de parlementaires ont annoncé leur décision de rejeter les propositions de l'émissaire des Nations unies Bernardino Leon".

Deux autorités politiques se disputent le pouvoir en Libye depuis l'an dernier, l'une basée à Tripoli et l'autre, la seule reconnue par la communauté internationale, basée dans l'est du pays, à Tobrouk.

L'émissaire de l'ONU, qui menait des négociations depuis plusieurs mois avec des représentants des deux autorités et d'autres parties libyennes, était parvenu à leur arracher début octobre un accord sur un gouvernement d'union nationale pour sortir le pays du chaos.

Cet accord, qui désigne un Premier ministre (Fayez el-Sarraj) et 17 ministres, devait toutefois être entériné par les deux Parlements pour pouvoir entrer en vigueur.

L’Occident appelle "à adopter immédiatement un accord"

Le Parlement dit de Tripoli, soutenu par des milices dont certaines islamistes, avait déjà rejeté ces propositions.

Des pays occidentaux et arabes avaient appelé lundi les Libyens "à adopter immédiatement l'accord politique" proposé par l'ONU le 9 octobre et qui prévoit la mise en place d'un gouvernement d'union. Le Conseil de sécurité de l'ONU avait également menacé de sanctionner les personnes qui entravent le processus de transition politique en Libye et exhorté les Libyens à "œuvrer au plus vite à la formation d'un gouvernement d'union".

La Libye, plongée dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, est en outre déchirée par des combats entre différents groupes armés, dont le groupe jihadiste État islamique (EI).

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine