SYRIE

Américains et Russes s'accordent pour éviter les incidents aériens en Syrie

Des avions de chasse de l'armée russe, le 3 octobre 2015 sur la base aérienne de Hmeimim, en Syrie.
Des avions de chasse de l'armée russe, le 3 octobre 2015 sur la base aérienne de Hmeimim, en Syrie. Alexander Kots, AFP

Au terme de plusieurs semaines de discussions, les armées russe et américaine ont signé mardi un protocole d'accord pour prévenir des incidents entre leurs avions engagés en Syrie.

Publicité

Près de trois semaines après le début des frappes russes en Syrie, Moscou et Washington ont déclaré avoir signé, mardi 20 octobre, un protocole d'accord concernant leurs avions militaires engagés dans le conflit syrien. Il s'agit d'empêcher des incidents aériens alors que des opérations militaires différentes sont en cours en Syrie, visant le groupe jihadiste État islamique (EI).

Le Pentagone et un vice-ministre russe de la Défense, Anatoli Antonov, ont annoncé la signature d'un "mémorandum" à ce sujet, entré en vigueur mardi, selon Peter Cook, porte-parole du Pentagone.

Protocoles et communications

L'accord contient des protocoles spécifiques à respecter pour les équipages et prévoit l'établissement de communications au sol entre les deux parties en cas d'échec des communications entre aéronefs. Il établit également des distances de sécurité à respecter, mais le Pentagone n'a pas donné plus de détail à ce sujet.

Lorsqu'elle a commencé à bombarder en Syrie le 30 septembre, la Russie a réclamé des pourparlers de "deconfliction", un terme anglais qui peut se traduire en français par l'échange d'informations pour éviter un incident entre aéronefs de deux pays différents intervenant sur un même théâtre militaire.

La coalition d'une soixantaine de pays menée par les États-Unis, elle, est active en Syrie depuis septembre 2014 pour bombarder des positions de l'EI.

>> À lire sur France 24 : "La Russie ne fait que sécuriser les zones vitales pour le régime de Damas"

La Russie affirme qu'elle cible également l'EI et d'autres groupes "terroristes", mais le Pentagone soutient qu'elle vise des rebelles qui combattent les forces loyales au président syrien Bachar al-Assad.

Jusqu'à présent, il n'y a pas eu d'incident majeur dans le ciel syrien mais, d'après des responsables américains de la Défense, des avions de la coalition ont été contraints de changer de cap pour éviter de se retrouver dans la même zone que des appareils russes.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine