Accéder au contenu principal

Tour de France 2016 : du Mont Ventoux, de l'Espagne et de la Suisse au programme

Christopher Froome lors de sa victoire sur le mont Ventoux, le 14 juillet  2013.
Christopher Froome lors de sa victoire sur le mont Ventoux, le 14 juillet 2013. Jeff Pachoud, AFP

Le parcours du Tour de France 2016 va faire le bonheur des grimpeurs. À noter, une arrivée inédite en Suisse dans le cadre grandiose du barrage de Finhaut-Emosson. Quant au 14-Juillet, il sera marqué par une étape vers le Mont Ventoux.

Publicité

Les 21 étapes du Tour de France 2016 ont été dévoilées, mardi 20 octobre. La 103e édition de la Grande Boucle sera placée sous le signe des grimpeurs. Entre le départ du Mont Saint-Michel le 2 juillet et l'arrivée à Paris sur les Champs-Élysées le 24 juillet, la course proposera neuf étapes de montagne dont quatre arrivées en altitude et deux contre-la-montre, dont un à proximité du massif du Mont-Blanc.

"Nous sommes dans la fourchette haute de la montagne, avec 28 cols", a ainsi estimé son directeur Christian Prudhomme. Dès le quatrième jour de course, la montagne sera présente avec une arrivée au cœur du Massif central, dans la station du Lioran.

Le Tour de France 2016 arrivera également au Mont Ventoux, le 14 juillet jour de la fête nationale. Dans la dernière semaine, le Tour sillonnera les Alpes du Nord et restera à vue du mont Blanc. Il offrira aussi une arrivée inédite au barrage de Finhaut-Emosson, tout près de la frontière entre la Suisse et la France.

Cette édition, qui partira de France, se déroulera à travers trois pays frontaliers de l’Hexagone : Espagne, Andorre et Suisse. Elle sera aussi marquée par des arrêts dans des petites bourgades comme Sainte-Marie-du-Mont (Manche), Arpajon-sur-Cère (Cantal), L'Isle-Jourdain (Gers), Villars-les-Dombes (Ain), Moirans-en-Montagne (Jura) ou encore Finhaut (Suisse).

"On essaye d'aller chercher des terrains d'expression hors des Alpes et des Pyrénées", s’est ainsi félicité le directeur du Tour.

Le Britannique Chris Froome, vainqueur en 2013 et 2015, était à Paris pour découvrir les détails d'un parcours qui se caractérise par sa variété. "Je pense que c’est une grande course", a-t-il réagi. "Cela va être un défi dans tous les aspects du cyclisme : contre-la-montre, la montagne et une descente très technique aussi".

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.