Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Elysée enlisée dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : Cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous avons essayé de comprendre s'il existe une identité européenne"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : un hommage national aux harkis le 25 septembre

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Quelles solutions pour la crise financière de l'UNRWA ?

En savoir plus

L’invité du jour

Mamane : "Nous les humoristes, nous sommes les médecins de la société"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Karin Kneissl : "L'UE perd son temps avec les sanctions contre la Pologne et la Hongrie"

En savoir plus

Moyen-Orient

L'Unesco étudie une résolution qualifiant de musulman le mur des Lamentations

© Ahmad Gharabli, AFP | Prière au mur des Lamentations, dans la vieille ville de Jérusalem, le 15 juin 2014.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/10/2015

Le conseil exécutif de l'Unesco doit examiner un texte modifiant le statut du mur des Lamentations à Jérusalem. La directrice générale de l'organisation a mis en garde les pays membres, au vu des tensions qui règnent actuellement au Proche-Orient.

L'Unesco va-t-il rattacher le mur des Lamentations au complexe de la mosquée Al-Aqsa ? Le conseil exécutif de l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture doit se pencher sur cette question, mercredi 21 octobre, suite à une résolution soumise par l'Algérie, l'Égypte, le Koweït, le Maroc, la Tunisie et les Émirats arabes unis.

Un projet de résolution, dont France 24 a pu prendre connaissance, prévoit que le conseil exécutif de l'Unesco "affirme que la place Buraq [qui se trouve face au mur des Lamentations] est une partie intégrante de la mosquée Al-Aqsa et du Dôme du Rocher", des lieux saints de l'islam. La vieille ville de Jérusalem comporte des lieux saints pour les trois religions monothéistes.

Ce texte ferait donc du mur des Lamentations, site le plus sacré du judaïsme, un lieu de culte musulman, a dénoncé l'ambassadeur israélien à l'Unesco, Carmel Shama Hacohen, auprès du "Jerusalem Post", qui a évoqué une tentative d'"islamisation totale" du site.

Contexte tendu à Jérusalem

Le texte réclame également la fin des restrictions d'accès à l'esplanade des Mosquées pour les musulmans et demande à Israël de prendre les mesures nécessaires pour interdire l'accès à ce site aux "extrémistes de droite".

En France, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a également réagi. "L'adoption d'une telle résolution par le conseil exécutif de l'Unesco ne réussirait qu'à exacerber les tensions en Israël", a déclaré Roger Cukierman, le président du Crif.

Alors que la situation est tendue en Israël et dans les Territoires palestiniens, la directrice de l'Unesco, Irina Bokova, est elle-même intervenue pour prévenir les 58 États membres du conseil exécutif des conséquences de leur vote. "Nous avons tous des responsabilités au regard du mandat de l'Unesco, à prendre des décisions qui favorisent le dialogue, la tolérance et la paix", a-t-elle déclaré dans un communiqué, appelant les pays concernés à ne pas "alimenter davantage les tensions sur le terrain".

"La protection du patrimoine culturel ne doit pas être prise en otage, car cela fragilise le mandat et les efforts de l'Unesco", a souligné dans son communiqué l'organisation, qui a inscrit la vieille ville de Jérusalem sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité en 1981.

Première publication : 20/10/2015

  • PROCHE-ORIENT

    Barack Obama "très inquiet" de l'explosion de violences entre Palestiniens et Israéliens

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Au moins un mort et huit blessés après une attaque dans le sud d’Israël

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Esplanade des Mosquées : Israël convoque l’ambassadeur de France

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)