Dans la presse

"Trudeaumania"

France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 20 octobre, la victoire du candidat libéral Justin Trudeau aux législatives canadiennes, qui met un terme au "règne" du conservateur Stephen Harper, au pouvoir depuis 9 ans. Et le lynchage d’un jeune Érythréen en Israël, pris par erreur pour un terroriste palestinien.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

                                                                                                                                   
On commence cette revue de presse internationale au Canada, où le Parti libéral de Justin Trudeau a remporté une large victoire aux élections législatives, hier, face au Premier ministre sortant, Stephen Harper.
 
"Justin Trudeau amène les Libéraux au pouvoir", titre sobrement "The Toronto Sun", qui le montre regardant l’annonce des résultats à la télévision, cette nuit, en compagnie de son épouse. "Pour la première fois depuis une décennie, les Canadiens ont élu un gouvernement libéral pour diriger le pays, et mis, pour la seconde fois, un Trudeau au pouvoir", commente le journal, en faisant allusion au père de Justin Trudeau, Pierre Elliott Trudeau, Premier ministre canadien à deux reprises, et star de la scène politique canadienne, dans les années 70, et au début des années 80. Autre quotidien, même photo, ou presque, celle du baiser que son épouse a offert à Justin Trudeau après l’annonce des résultats. C’est l’image choisie par le "Toronto Star" pour son édito sur son site Internet: "Justin Trudeau ou le triomphe de la décence". "Les Canadiens ont chassé du pouvoir les conservateurs arrogants de Stephen Harper, lui adressant une réprimande largement méritée après des années de mauvaise gestion corrosive", écrit le journal, qui juge que la "Trudeaumania", doit beaucoup au "charisme" de Justin Trudeau, mais aussi à la "répulsion inspirée par le style vindicatif de Stephen Harper".
 
Le Premier ministre sortant échoue, donc, à décrocher un quatrième mandat. Après 9 ans passés à diriger le pays, "The Globe and Mail" s’interroge sur l’héritage qu’il lègue à son pays. Évoquant lui aussi le style vindicatif de Stephen Harper, son "désir de diviser", le journal estime que la façon dont s’est déroulée la fin de sa campagne jette une ombre sur cet héritage. Pour le reste, le quotidien lui reconnaît tout de même plusieurs mérites: le fait qu’il soit parvenu à unir les conservateurs, à leur offrir victoire après victoire pendant presque une décennie, les nombreux accords de libre-échange, conclus avec des dizaines de pays, la façon dont il a réussi à faire traverser la crise financière au Canada, et celle dont il a fait comprendre à ses compatriotes qu’il y avait certaines choses qu’ils devaient prendre en main eux-mêmes. Au bout du compte, "Stephen Harper aura été un bon Premier ministre", conclut "The Globe and Mail", qui juge que le Canada a été "bien gouverné depuis trois décennies, dont un tiers par Stephen Harper".
 
Au Proche-Orient, les violences se sont multipliées, ces derniers jours, à Jérusalem, provoquant une nervosité grandissante en Israël, selon "The Wall Street Journal", qui rapporte que de plus en plus d’Israéliens ont décidé de s’armer. Le journal américain rappelle que cette nervosité a coûté la vie à un Érythréen, dimanche soir. Ce jeune homme de 29 ans a été abattu par erreur par les forces de sécurité au cours de l’attaque qui a eu lieu à la gare routière de Beersheba, dans le sud du pays. Il se trouvait être un agent de propreté qui cherchait à se mettre à l’abri. Habtom Zarhum a également été brutalisé par des civils israéliens, qui l’avaient pris pour un assaillant. Habtom Zarhum, un jeune Érythréen, "mort dans une guerre qui n’était pas la sienne", écrit le "Yediot Aharonot". Le journal tente d’imaginer ce qu’a pu ressentir sa mère à l’annonce de sa mort, lui qui était parvenu en Israël au terme d’un voyage sans doute éprouvant. "Les citoyens de ce pays sont sur la brèche, frustrés, soupçonneux… et ce sont des émotions très justifiées", explique "The Jerusalem Post". Il estime néanmoins que "ces émotions ne donnent à personne le droit de juger de l’innocence ou de la culpabilité d’un présumé terroriste", et de "faire justice soi-même, en violation flagrante des normes sociales et des valeurs démocratiques".
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine