ÉTATS-UNIS

Investiture démocrate : Joe Biden ne sera pas candidat face à Hillary Clinton

Le vice-président américain, Joe Biden, annonce qu'il ne se présentera pas aux primaires démocrates pour l'élection présidentielle 2016.
Le vice-président américain, Joe Biden, annonce qu'il ne se présentera pas aux primaires démocrates pour l'élection présidentielle 2016. Jim Watson, AFP

Le vice-président des États-Unis Joe Biden a annoncé mercredi qu'il ne serait pas candidat aux primaires démocrates en vue de la présidentielle de 2016. La voie est libre pour l'ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton.

Publicité

Le suspense avait suffisamment duré à son goût. Le vice-président américain Joe Biden a annoncé mercredi 21 octobre qu'il ne serait pas candidat à l'investiture du parti démocrate pour l'élection présidentielle de 2016, renonçant ainsi à défier la favorite Hillary Clinton.

"Malheureusement, j'estime que nous ne disposons pas du temps nécessaire pour monter une candidature et remporter l'investiture" démocrate, a annoncé Joe Biden, 72 ans, lors d'une déclaration à la Maison Blanche aux côtés du président Barack Obama et en présence de son épouse Jill.

Le vice-président a également expliqué que le deuil de son fils avait pesé dans sa décision de ne pas se présenter. Beau Biden, son fils aîné, est décédé au mois de mai, à l'âge de 46 ans, d'un cancer au cerveau.

Mais Biden a prévenu qu'il ne serait pas un simple spectateur de la longue campagne qui s'annonce. "Bien que je ne sois pas candidat, je défendrai clairement et avec force les valeurs de notre parti et la direction que notre pays doit prendre".

Hors de question pour l'actuel vice-président de "défaire le bilan Obama". Il a déjà dévoilé les combats qui lui tiennent à cœur pour l'Amérique post-Obama : réduire les inégalités, étendre la gratuité de l’école jusqu’à l’âge de 16 ans et augmenter les fonds destinés à la recherche contre le cancer.

Soulagement dans le camp d'Hillary Clinton

Son annonce met fin au suspense que le vice-président entretenait depuis des mois. Selon les sondages, il aurait pu être un candidat sérieux aux côtés d'Hillary Clinton et du sénateur indépendant Bernie Sanders.

On imagine le soulagement dans le camp de l'ancienne secrétaire d'État, qui est aujourd'hui plus que jamais favorite pour briguer l'investiture démocrate. Mais, toujours professionnelle, elle s'est contentée de tweeter : "Joe Biden est un bon ami et un grand homme".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine