FOOTBALL

Fifa : le Français Jérôme Champagne candidat à la succession de Blatter

L'ancien secrétaire général adjoint de la Fifa, Jérôme Champagne, le 21 janvier 2015 à Bruxelles.
L'ancien secrétaire général adjoint de la Fifa, Jérôme Champagne, le 21 janvier 2015 à Bruxelles. John Thys, AFP

Un quatrième candidat s'est déclaré dans la course à la présidence de la Fifa : le Français Jérôme Champagne, ancien secrétaire général adjoint de l'instance suprême du foot international.

Publicité

Après Michel Platini, le prince jordanien Ali et l'ancien capitaine de Trinité-et-Tobago David Nakhid, un quatrième homme est entré dans la course à la succession de Sepp Blatter à la tête de la Fifa : le Français Jérôme Champagne, ancien secrétaire général adjoint de la Fifa. Il a annoncé, vendredi 23 octobre, disposer des cinq lettres de parrainage nécessaires pour être candidat.

Jérôme Champagne, âgé de 57 ans, est diplomate de formation. Il est entré à la Fifa en 1999, où il a exercé des fonctions de conseiller du président Blatter (jusqu'en 2002), puis de secrétaire général adjoint (2002-2005), délégué du président (2005-2007) et finalement directeur des relations internationales (2007-2010).

La Fifa doit désigner son nouveau président le 26 février 2016. Le dépôt des candidatures sera clos lundi.

"Pas de réforme, mais des engagements"

Selon Jérôme Champagne, être issu de la Fifa n'est "pas un handicap". "Je n'ai pas honte des années passées à la Fifa", a-t-il dit dans un entretien à l'AFP. "Pour mener les réformes, il faut quelqu'un qui connaisse l'institution de l'intérieur, c'est mon cas."

"Une seule réforme ne suffira pas. Voilà pourquoi je ne propose pas de réformes mais des engagements", a assuré Jérôme Champagne, dont les priorités sont : "Adapter la gouvernance de la Fifa aux réalités d'aujourd'hui, appliquer les plus hauts standards de transparence et d'éthique, moderniser l'administration, augmenter la présence des femmes et associer les joueurs, les clubs et les ligues en créant une division du football professionnel."

Dans sa lettre adressée à l'ensemble des fédérations, le candidat à la présidence écrit : "Il faut sauver la Fifa, car son rôle de gouvernance et de redistribution (...) est aujourd'hui en grave danger." "Il s'agit bien évidemment aussi d'en restaurer la crédibilité", ajoute-t-il. Parmi ses propositions pour moderniser la Fifa, figurent l'arbitrage vidéo et une réduction du poids des fédérations européennes.

>> À voir sur France 24 : "Scandale de corruption à la FIFA : coup de sifflet final pour Platini?"

Dans le bilan qu'il dresse de ses années à la Fifa, Jérôme Champagne se prévaut d'avoir contribué à la mise en place du système d'indemnités versées au club formateur d'un joueur lors d'un transfert, ainsi qu'au "développement du football au Cap-Vert ou en Palestine". Le Français continue à conseiller la Fédération palestinienne de football.

Avant cela, cet ancien journaliste sportif [il a été pigiste à "France Football", sur les pages des championnats étrangers, de 1976 à 1983] et supporter de Saint-Étienne avait occupé le poste de conseiller diplomatique et chef du protocole du comité français d'organisation de la Coupe du monde 1998. Il avait tenté de participer à la précédente élection à la tête de la Fifa, en mai dernier, mais il n'avait pas obtenu les parrainages nécessaires.

Avec AFP et AP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine