SUÈDE

Attaque au sabre en Suède : la police évoque des "motivations racistes"

L'école de Trollhättan, en Suède, a été attaquée par un homme masqué qui a tué deux personnes le 22 octobre 2015.
L'école de Trollhättan, en Suède, a été attaquée par un homme masqué qui a tué deux personnes le 22 octobre 2015. AFP

L'auteur de l'attaque, jeudi, d'une école dans le sud-ouest de la Suède, était animé par "des motivations racistes", a annoncé la police suédoise. Outre l'assaillant, tué par les forces de l'ordre, deux personnes sont mortes.

Publicité

Après l’attaque de Cologne en Allemagne, un second crime à caractère raciste endeuille l’Europe en moins d'une semaine. La police suédoise a annoncé, vendredi 23 octobre, que "des motivations racistes" animaient le jeune homme de 21 ans qui, la veille, a tué deux personnes à l’aide d’un sabre dans l’école Kronan de Trollhättan, dans le sud-ouest de la Suède.

Les enquêteurs fondent leurs appréciations sur les éléments retrouvés lors de la perquisition du domicile de l'auteur, son "accoutrement et comportement sur les lieux des crimes" et "la sélection des victimes" dans une école accueillant majoritairement des élèves issus de l'immigration.

Deux blessés dans un état grave

Identifié par la presse suédoise comme Anton Lundin-Pettersson, natif de Trollhättan, le tueur a semé la terreur jeudi matin dans un établissement scolarisant des enfants du primaire au collège. Il a tué un enseignant et un élève et blessé un autre enseignant ainsi qu'un jeune élève, tous deux hospitalisés dans un état grave. Atteint par un tir de la police, le tueur est mort quelques heures plus tard.

Vêtu de noir, le visage dissimulé par un masque du film "La Guerre des étoiles" et coiffé d'un casque rappelant ceux de l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, les élèves ont d'abord cru "que c'était une blague", selon l'un d'eux, interrogé par l'agence TT. "Certains voulaient se faire prendre en photo avec lui et toucher le sabre", a-t-il raconté.

Les attaques dans les écoles en Suède sont rares. La dernière remonte à 1961, lorsque six jeunes avaient été blessés et un tué par balles dans un lycée professionnel de Kungälv, dans le sud du pays.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine