Accéder au contenu principal

Coupe du monde de rugby 2015 : vainqueurs des Springboks, les All Blacks vont en finale

Au bout du suspense, les All Blacks ont battu les Springboks en demi-finale de la Coupe du monde 2015.
Au bout du suspense, les All Blacks ont battu les Springboks en demi-finale de la Coupe du monde 2015. Gabriel Bouys, AFP

Sous la pluie battante de Twickenham, la Nouvelle-Zélande a décroché un court succès face à de vaillants Sud-Africains (18-20), en demi-finale du Mondial-2015. Les All Blacks auront donc l'opportunité de défendre leur titre de 2011, samedi prochain.

Publicité

envoyé spécial France 24 à Twickenham (Londres, Royaume-Uni)

Face à l'Afrique du Sud, en demi-finale de la Coupe du monde de rugby 2015, personne ne s'attendait à une démonstration des All Blacks, du moins pas de l'ampleur de celle à laquelle avait – littéralement – assisté le XV de France, la semaine passée.

Et à juste titre, puisque sur la pelouse de Twickenham (Londres), les hommes de Steve Hansen ont été bousculés, même s'ils sont parvenus à décrocher leur billet pour la finale de ce Mondial (18-20). Un score serré venu conclure une rencontre de haute volée, dont le déroulement presque écrit à l'avance n'aura pourtant en rien déçu les 80 000 spectateurs présents.

La première période a donc accouché d'un scénario cruellement prévisible : les All Blacks ont joué et les Springboks ont marqué. Tout en puissance et en solidité, les Sud-Africains ont parfaitement su résister aux assauts de Néo-Zélandais joueurs, mais qui n'ont au final que trop peu réussi à déchirer le rideau défensif adverse.

Face à ce jeu de mouvement, les Sud-Africains ont fait ce qu'ils savent faire de mieux : défendre et profiter de la moindre opportunité pour prendre les points. Et c'est assez logiquement qu'ils ont viré en tête à la pause (12-7), grâce à la botte de Handré Pollard, qui s'est chargé de convertir les quatre incursions des siens dans le camp néo-zélandais (3e, 10e, 20e, 39e).

En face, les All Blacks ont poussé – 72 % d'occupation du terrain – mais n'ont passé la ligne d'enbut qu'à une seule reprise avant la pause. Ils ont réussi à concrétiser le seul surnombre dont ils ont bénéficié en bout de ligne, dès la 6e minute, grâce à l'inévitable Jerome Kaino. Dan Carter a touché le poteau sur sa deuxième tentative (32e), puis les Boks ont verrouillé.

Carter sauve les meubles

Au retour des vestiaires, le vent a finalement tourné... Les Sud-Africains n'ont pas su profiter de l'absence de Kaino, exclu temporairement en toute fin de première période. Et c'est l'inévitable Carter qui a permis aux siens de revenir à deux unités, d'un drop magistral au-delà de la ligne des 22 mètres (12-10, 45e).

Puis les Boks ont fini par craquer. À la conclusion d'une longue séquence de domination des Blacks, Beauden Barrett a été servi sur l'aile gauche par un Ma'a Nonu supersonique et a fini par faire basculer la rencontre (12-15, 51e).

Et tandis que Bryan Habana, superstar du XV sud-africain, quittait la pelouse dans la foulée pour un en-avant volontaire (carton jaune), Carter se chargeait de mettre les All Blacks un peu plus à l'abri (12-17, 52e).

Les mouches avaient définitivement changé d'âne... Derrière, Pollard (57e) et Carter (59e) se sont chargés de donner un peu plus d'ampleur au score, avant que le buteur sud-africain ne quitte le terrain sur blessure quelques minutes plus tard.

Patrick Lambie, rentré en pompier de service pour le suppléer, a bien tenu son rang quand il a fallu remettre les siens à deux points (18-20, 68e), mais les Springboks ont clairement loupé le coup de la gagne quelques minutes plus tard, lorsque Carter – encore – a dégagé en touche un coup de pied de contre de 80 mètres, devant sa ligne, au nez et à la barbe de Pietersen.

La victoire des Blacks était écrite, et dans un Twickenham chauffé à blanc malgré la pluie, l'arbitre français de la rencontre Jérôme Garcès mettait un terme à cette rencontre dantesque quelques minutes plus tard.

Fin du rêve pour les Boks, donc, qui joueront pour l'honneur en fin de semaine. Pour les All Blacks, en revanche, la perspective d'un troisième titre est toujours vivace. Jamais une sélection nationale n'est parvenue à conserver sa couronne mondiale.

Et samedi prochain, ce XV là, emmené par une génération dorée, a plus que jamais les moyens d'écrire une nouvelle page de l'histoire du rugby mondial.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.