Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

EUROPE

La piste terroriste "n'est pas privilégiée" dans l'attaque d'une caserne belge

© Bruno Fahy, AFP | Une voiture de police patrouille autour de la caserne de Flawinne.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 26/10/2015

L’homme qui avait précipité sa voiture sur les grilles d'une caserne de l'armée belge à Flawinne lundi a été interpellé. La piste terroriste "n’est pas privilégiée".

La piste terroriste "n'est pas privilégiée" dans l'enquête sur l'attaque à la voiture contre une caserne militaire de Flawinne, près de Namur, dans le sud de la Belgique, lundi 26 octobre. Le suspect, qui avait pris la fuite a été interpellé par la police, selon le procureur de Namur.

La voiture de l'assaillant, qui a précipité son véhicule contre le portique d'entrée de la caserne militaire ne contenait pas d'explosifs, a ajouté le procureur du Roi, Vincent Macq, lors d'une conférence de presse.

Le suspect, originaire de Namur, est né en 1983 et est "inconnu des autorités judiciaires", a précisé le magistrat. L'homme avait été candidat pour rejoindre les para-commandos en 2010.

"Coups de semonce"

Les militaires qui gardaient l'entrée de cette base hébergeant quelque 650 militaires d'un bataillon de commandos ont "tiré une dizaine de coups de semonce" quand le suspect a tenté de forcer le passage, a indiqué de son côté le ministre de la Défense Steven Vandeput, dans un communiqué.

"Personne n'a été blessé lors de l'incident. En prenant la fuite hors de la caserne, l'intrus a ensuite abandonné sa voiture et a continué à pied", a ajouté le ministre. Selon le procureur, le suspect, qui n'a pas opposé de résistance lors de son arrestation, avait pour "seule arme" sa voiture.

Au moment de l'incident, une cinquantaine de soldats étaient présents sur la base, désertée par son bataillon qui participe actuellement à un exercice militaire de l'Otan à Saragosse en Espagne.

Avec AFP

Première publication : 26/10/2015

COMMENTAIRE(S)