Accéder au contenu principal
Dans la presse

"ZUS, Cucs, ZRU, ZRFU, HLM"

France 24

Au menu de cette revue de presse française, lundi 26 octobre, la situation dans les banlieues françaises, dix ans après les émeutes de 2005, le témoignage du DRH d’Air France, dont la chemise avait été déchirée par des salariés en colère, et une info renversante sur le fromage.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
A la une de la presse française, ce matin, la situation dans les banlieues, dix ans après la mort de deux adolescents, Zyed et Bouna, à Clichy-sous-Bois, en région parisienne. Un drame qui avait embrasé les banlieues pendant trois semaines.
 
Pour l’occasion, Manuel Valls et une douzaine de ministres tiennent aujourd’hui un conseil interministériel «égalité et citoyenneté» aux Mureaux, en banlieue parisienne, d’après l’Opinion qui rappelle que le premier conseil de ce type avait eu lieu le 6 mars dernier, après que le Premier ministre avait parlé d’«apartheid social», en France. L’Opinion, qui juge que «dix ans après (les émeutes), rien n’a changé dans les cités»: «depuis 1977, et le premier Plan banlieue lancé par Jacques Barrot, jusqu’au plan Borloo de 2003, près de 90 milliards d’euros ont été investis dans la «politique de la ville»», rappelle le journal, en dénonçant l’«incroyable enchevêtrement sans cohérence de programmes, de dispositifs, et de périmètres». «Plus le temps passe et plus s’ajoute au mal-être social un malaise démocratique».
 
«Le malaise grandit dans les banlieues», répète le Figaro, qui évoque la délinquance, la pauvreté, le chômage et l’échec scolaire, sur lesquels serait venu se greffer le phénomène de la «radicalisation» islamiste. Ce week-end encore, rappelle le journal, trois personnes, dont deux adolescents, sont mortes lors d’une fusillade dans les quartiers nord de Marseille. Le Figaro qui désigne la gauche comme étant la principale responsable des difficultés des banlieues: «Il n’y a pas de fatalité du ghetto. Il n’y a que des mauvaises politiques. Et celles conduites par la gauche sur ce terrain, depuis François Mitterrand, ont contribué à la dérive des quartiers, à les soustraire à l’ordre républicain. A force de cultiver le clientélisme et de cajoler les minorités, elles ont tué l’autorité de l’État et désespéré beaucoup de Français».
 
Au lendemain des violences de 2005, naissait un blog, le Bondy Blog, qui avait pour ambition de faire entendre et de donner un autre visage aux banlieues. Sa jeune équipe «prend d’assaut» Libération, qui héberge leur site depuis janvier. «Révolte, et non émeutes», écrit Balla Fofana, en fustigeant l’emploi d’un mot qui «renvoie à la foule, à la Meute menaçante», aux loups. Un mot qui bouclerait «le processus de délégitimation d’individus issus de territoires à fantasmes». «Nous ne sommes pas des acronymes», rappelle Faiza Zerouala: «Quiconque aurait l’idée de se plonger dans les méandres de la politique de la ville aura très vite le sentiment de jouer au Scrabble polonais. Premier défi: deviner ce qui se cache derrière les ZUS, les Cucs, les ZRU, les ZRFU. Vous ne savez pas? C’est normal, ils n’ont pas eu le temps de s’imposer comme le plus ancien, HLM».
 
A la une également, « les vérités du DRH d’Air France ». Le 6 octobre, l’image de sa chemise déchirée a fait le tout du monde, après que des salariés de la compagnie l’avaient pris à partie. Pour la première fois, Xavier Broseta témoigne dans le Parisien.
 
Une dernière info, lue sur Slate. D’après une étude de l’université de Michigan, aux Etats-Unis, l’addiction au fromage serait comparable à l’addiction aux drogues, au tabac ou à l’alcool…
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.