Accéder au contenu principal

Vidéo : "Il faut changer l'image des banlieues", selon Valls

Pierre René-Worms

Invité de l'émission "Mardi politique", le Premier ministre Manuel Valls a répondu aux questions de Roselyne Fevbre (France 24), Laure Bretton (Libération), Florent Guignard (RFI) et Ilyes Ramdani (Le Bondy Blog).

Publicité

Dix ans après les émeutes dans les banlieues, le Premier ministre Manuel Valls a mis l'accent sur la lutte contre les discriminations lors de son passage à l'émission "Mardi politique", mardi 27 octobre. Le chef du gouvernement est notamment revenu sur le besoin de mixité sociale et de developpement économique dans ces "territoires perdus" de la République, où le taux de chômage atteint parfois plus de 20 % dans certains quartiers sensibles.

>> À lire sur France 24 : "'Une année à Clichy' : un regard sans a priori sur une ville de banlieue"

"Je suis très lucide sur la situation [...] L'égalité doit s'appliquer sur tout le territoire. Il ne faut pas laisser la République se disloquer", a notamment affirmé Manuel Valls. "[Pour créer de la mixité sociale], il faut changer l'image des banlieues [...] Il faut du beau dans ces quartiers".

Respecter les policiers et les gendarmes

La veille, aux Mureaux, commune populaire dans la grande périphérie de Paris, le Premier ministre avait réaffirmé qu'il ferait tout pour lutter contre l'"apartheid social, territorial et ethnique".

>> À lire sur France 24 : "La cité du Chêne-Pointu, visage d'une France à l'abandon"

Le Premier ministre a également été interrogé sur les communes en retard sur le logement social (Neuilly-sur-Seine, Fréjus....), les campagnes de "testing" pour combattre les injustices à l'embauche, le droit de vote des étrangers et surtout sur la proposition d'équiper les policiers de caméras.

"Moi, ce que je souhaite, ce sont des éléments d'efficacité pour que la police et la gendarmerie respectent la population mais en apprenant aussi à la population et aux jeunes à respecter les policiers et les gendarmes, car ça va dans les deux sens", a insisté le Premier ministre.

"Diffuser un islam de paix"

Le chef du gouvernement est aussi longuement revenu sur les problèmes de radicalisation. "Comment, en France et en Europe, avons-nous ainsi fabriqué ce phénomène ?", s'est-il interrogé. Il a rappelé que la lutte contre l'embrigadement des jeunes se faisait grâce aux "travailleurs sociaux, aux associations, aux familles... Il faut que tous les services publics se mobilisent".

Manuel Valls a également rappelé qu'il souhaitait la présence "d'imams qui parlent le français et qui diffusent un islam de paix" et insisté sur le fait que les citoyens de confession musulmane "sont eux aussi des enfants de la République".

"Empêcher le FN de passer" aux régionales

Enfin, le Premier ministre a été interrogé sur les élections régionales, qui se tiendront  les 6 et 13 décembre. Le chef du gouvernement a répété que malgré la mauvaise posture du PS, il était "hors de question de laisser le Front national gagner une région".

"Tout devra être fait pour l'empêcher. Je vous donne rendez-vous le soir du premier tour", a conclu Manuel Valls.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.