LITTÉRATURE

Prix Goncourt : les quatre finalistes annoncés au Bardo, en Tunisie

Le président du jury de l’Académie Goncourt, Bernard Pivot, et les élèves du lycée Bourguiba, lundi 26 octobre, à Tunis.
Le président du jury de l’Académie Goncourt, Bernard Pivot, et les élèves du lycée Bourguiba, lundi 26 octobre, à Tunis. Fethi Belaïd, AFP

Le jury du Goncourt a annoncé mardi la sélection finale du plus convoité des prix littéraires francophones, depuis le musée du Bardo, en Tunisie. Le lauréat sera désigné le 3 novembre, à Paris, chez Drouant.

Publicité

L'Académie Goncourt a dévoilé mardi 27 octobre, depuis le musée du Bardo, les noms des quatres finalistes en lice pour le prestifieux prix Goncourt, dont le lauréat sera désigné le 3 novembre à Paris, chez Drouant.

Les quatre finalistes sont : 

- Nathalie Azoulai pour "Titus n'aimait pas Bérénice" (P.O.L.)

- Mathias Énard pour "Boussole" (Actes Sud)

- Hédi Kaddour pour "Les Prépondérants" (Gallimard)

- Tobie Nathan pour "Ce pays qui te ressemble" (Stock)

La surprise vient de l'absence de l'Algérien Boualem Sansal, pour "2084", qui disparaît de la liste des finalistes, tout comme Alain Mabanckou ("Petit piment").

L'annonce a été faite par Didier Decoin, l'un des sept membres du jury Goncourt ayant effectué le déplacement au musée du Bardo, à Tunis. Ce site culturel avait été la cible en mars dernier d'un attentat jihadiste qui avait fait 22 morts.

Hommage aux victimes de l'attentat

"Dans ce musée où la tyrannie la plus cruelle et la plus idiote a dit son mépris de liberté, nous, Académie Goncourt, sommes venus pour faire un acte qui relève de la démocratie. [...] Nous avons voté et ce vote était un symbole très fort", a déclaré le président du jury Bernard Pivot après le dépôt d'une gerbe sur la stèle rendant hommage aux  victimes de l'attaque, revendiquée par l'organisation État islamique.

Sur le processus de sélection, Bernard Pivot a indiqué que cela s'était passé "comme d'habitude, c'est-à-dire avec une conversation assez nerveuse mais bien nourrie, avec beaucoup d'arguments". Le choix du lauréat de l'édition 2015 sera "dur, parce que nous avons chacun des passions parmi les poids-lourds et la petite outsider. Ce n'est pas évident", a prévenu Didier Decoin.

Parmi les quatre finalistes figure donc Hédi Kaddour, né à Tunis il y a 70 ans. Déjà lauréat lundi du prix Jean-Freustié, il est l'un des favoris des prix littéraires d'automne pour son dernier ouvrage, "Les Prépondérants", qui fait voyager le lecteur dans le Maghreb, l'Europe et la Californie des années 1920.

L'an dernier, le Goncourt, le plus convoité des prix littéraires francophones, a été remporté par La Française Lydie Salvayre, pour un roman sur la guerre d'Espagne, "Pas pleurer".

>> À (re)lire sur France 24 : "Kamel Daoud : "Meursault, contre-enquête", une variation camusienne"

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine