CÔTE D'IVOIRE

Alassane Ouattara : "Cette confiance renouvelée, c'est exceptionnel"

Capture d'écran France 24

Dans un entretien accordé à France 24, le président ivoirien Alassane Ouattara a exprimé sa joie et son émotion après avoir été réélu dès le premier tour à la présidence de la Côte d'Ivoire avec 83,66 % des voix.

Publicité

C'est un homme "heureux" qui s'exprime devant les caméras de France 24. Alassane Ouattara, réélu mercredi 28 octobre à la tête de la Côte d'Ivoire avec près de 84 % des suffrages, a tenu à remercier ses concitoyens. 

"Vous voyez sur mon visage, je suis un homme heureux, avec cette confiance renouvelée de mes concitoyens... 84 % [des voix] avec près de 55 % de taux de participation, c'est quelque chose d'exceptionnel. Je remercie les Ivoiriens, je remercie mes alliés, surtout le président Bédié [Henri Konan Bédié, président de la Côte d'Ivoire de 1993 à 1999, NDLR], et je remercie les partis qui ont soutenu ma candidature [...] Même certains responsables du FPI m'ont soutenu. C'est vraiment une victoire très large. Je suis très fier, [...] et je suis très ému."

Pauline Simonet, envoyée spéciale à Abidjan, a commenté cette entrevue exlusive avec le président : "Il affichait la mine des très grands jours, il était radieux et très satisfait". Elle a néanmoins nuancé la victoire très large du chef de l'État : "Il y a un seul bémol, le taux de participation, beaucoup plus faible que celui de 2010, qui s'élevait à plus de 80 %".

it
"Seul bémol : le faible taux de participation" (Pauline Simonet)

Le taux de participation de cette élection, 54,63 %, était l'un des principaux enjeux du scrutin.

Le chef de l'État sortant distance très largement Pascal Affi N'Guessan, le représentant du Front Populaire Ivoirien (FPI) fondé par l'ex-président Laurent Gbagbo, qui arrive en deuxième position avec 9,29 % des suffrages. Une partie du FPI avait appelé au boycott au nom de la fidélité à Gbagbo, grand absent du scrutin, qui attend dans une cellule aux Pays-Bas son procès pour crimes contre l'humanité devant la Cour pénale internationale. "Alassane Ouattara a déploré cet appel au boycott", a ajouté Pauline Simonet.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine