Accéder au contenu principal

L'Afrique du Sud surclasse l'Argentine et s'invite sur le podium du Mondial-2015

L'Afrique du Sud a été nettement supérieure aux Argentins et a logiquement décroché la troisième place.
L'Afrique du Sud a été nettement supérieure aux Argentins et a logiquement décroché la troisième place. Franck Fife, AFP

Supérieure à l'Argentine, l'Afrique du Sud a remporté le match pour la troisième place de la Coupe du monde de rugby 2015 (24-13). Les Springboks n'ont jamais été inquiétés par les Pumas, qui ont tout de même sauvé l'honneur en fin de match.

Publicité

envoyé spécial France 24 à Londres (Royaume-Uni)

On ne donnait pas cher de la peau des Sud-Africains en début de compétition, après leur surprenante défaite face au Japon, en phase de poule de la Coupe du monde de rugby 2015. Ce sont pourtant eux qui complèteront le podium de ce Mondial, derrière les Wallabies et les All Blacks, dans un ordre qui reste à définir.

>> Suivez la finale de la Coupe du monde de rugby en direct sur France 24

Vendredi 30 octobre, lors de la finale pour la troisième place de ce Mondial-2015 à Londres, l'Afrique du Sud n'a pas fait de quartier. Face à des Argentins qui avaient jusqu'alors impressionné, les hommes d'Heyneke Meyer ont su s'appuyer sur leurs points forts et museler totalement ces imprévisibles Pumas (24-13).

Devant le public du stade olympique de Londres, les Springboks ont donc fait aussi bien qu'en 1999, offrant à quelques uns de leurs cadres historiques une sortie sous les vivas. Ce fut le cas, notamment, de deux joueurs emblématiques de cette génération : le deuxième ligne Victor Matfield et le troisième ligne Schalk Burger ont tiré leur révérence dans un sourire.

L'Argentine progresse...

Côté argentin en revanche, c'était la soupe à la grimace. En 2007, les Pumas avaient remporté ce match pour la troisième place. Huit ans plus tard, ils n'égaleront pas ce meilleur résultat de leur histoire. Une déception pour les Sud-Américains, qui pourront toutefois rentrer au pays avec le sentiment du devoir accompli.

Les hommes de Daniel Hourcade, éliminés en demi-finale face à l'Australie (15-29), ont très largement rempli leur contrat, notamment en corrigeant l'Irlande au cours d'un quart de finale d'une rare maturité (20-43). Mais s'ils ont convaincu au score, ils ont surtout excellé dans le jeu, sans toutefois réussir à franchir ce cap qui les sépare encore du top niveau mondial.

C'est justement ce petit plus qui leur a manqué vendredi soir face à l'Afrique du Sud. En matière de possession, les Argentins n'avaient pas à rougir, mais ils se sont inclinés devant le réalisme glaçant de Sud-Africains beaucoup plus expérimentés et qui ont basculé largement en tête à la pause (16-0), suite à un essai de Pietersen (6e).

... mais les Boks sont toujours plus forts

Au retour des vestiaires, le coup de boutoir d'Etzebeth (43e) n'a finalement fait que graver dans le marbre un scénario qui semblait écrit à l'avance (21-3). L'essai tardif de Juan Pablo Orlandi dans les arrêts de jeu aura toutefois permis aux Pumas de réduire un peu la marque, mais sans que jamais ils ne soient en mesure de l'emporter. Les Boks étaient tout simplement très largement au-dessus.

Seul bémol du côté des Boks, l'incapacité de Bryan Habana à inscrire son nom en majuscule dans l'histoire du rugby. L'ailier sud-africain, qui avait l'opportunité de marquer un 16e essai en Coupe du monde et de devenir seul détenteur de ce record, a fait preuve d'une étonnante maladresse tout au long du match, malgré l'altruisme de ses coéquipiers.

Une fausse note qui ne viendra toutefois pas ternir le bilan d'une Coupe du monde qui se termine bien pour des Springboks solides, et qui ont prouvé qu'ils savaient se remobiliser malgré les désillusions.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.