ÉTATS-UNIS

Washington va envoyer des conseillers militaires en Syrie

Le nombre des conseillers militaires dépêchés en Syrie devrait se situer entre 20 et 30, a indiqué, vendredi 30 octobre 2015, un responsable américain qui a requis l'anonymat.
Le nombre des conseillers militaires dépêchés en Syrie devrait se situer entre 20 et 30, a indiqué, vendredi 30 octobre 2015, un responsable américain qui a requis l'anonymat. Zein al-Rifai, AMC, AFP

Les États-Unis s'apprêtent à envoyer en Syrie des membres des forces spéciales pour conseiller les rebelles modérés dans leur lutte contre l'organisation de l'État islamique.

Publicité

Le président américain Barack Obama compte envoyer en Syrie un petit nombre de soldats des forces spéciales chargés d'une mission de conseil auprès des rebelles modérés, a confirmé, vendredi 30 octobre, la Maison Blanche.

Cette décision marque un tournant, Washington ayant jusqu'à présent refusé toute présence militaire sur le sol syrien pour ne pas se laisser entraîner dans le conflit.

Cette mesure concerne "moins de 50 soldats", a précisé la Maison Blanche, tandis qu'un responsable américain ayant requis l'anonymat avait plus tôt évoqué entre 20 et 30 conseillers militaires dépêchés en Syrie.

>> À lire sur France 24 : "Frappes russes en Syrie : quel bilan ?"

La Maison Blanche a également confirmé que les soldats envoyés en Syrie n'auraient pas pour mission de combattre en première ligne mais plutôt de conseiller et d'assister des rebelles modérés. Un responsable a déclaré que leur principale mission serait "logistique", afin d'assurer que des armes et d'autres équipements soient bien livrés aux forces modérées soutenues par les États-Unis.

Nouvelle stratégie militaire américaine

Cette annonce traduit une évolution plus large de la stratégie américaine visant à renforcer les rebelles modérés en Syrie, parallèlement à l'intensification des efforts diplomatiques entrepris par Washington.

La nouvelle stratégie militaire américaine d'assistance aux rebelles modérés contre l'EI sera accompagnée de l'envoi d'un nouveau contingent des forces spéciales à Erbil, dans le nord de l'Irak, d'une coopération accrue avec Bagdad dans le but de reprendre la ville de Ramadi et d'une augmentation de l'aide fournie à la Jordanie et au Liban dans le domaine de la sécurité, a précisé un responsable du Congrès.

La Maison Blanche a parallèlement autorisé le déploiement d'avions A-10 et F-15 sur la base aérienne turque d'Incirlik, a ajouté un responsable de l'administration.

Avec Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine