ÉGYPTE

Aucun survivant dans le crash de l'avion russe dans le Sinaï

Il n'y a aucun survivant parmi les 224 passagers de l'avion de ligne russe qui s'est écrasé, samedi 31 octobre, dans le Sinaï.
Il n'y a aucun survivant parmi les 224 passagers de l'avion de ligne russe qui s'est écrasé, samedi 31 octobre, dans le Sinaï. Khaled Desouki, AFP

Un avion de ligne russe s'est écrasé samedi dans le Sinaï, en Égypte. Selon les autorités égyptiennes, le pilote avait déclaré un problème technique peu de temps après le décollage. Les 224 passagers sont morts dans l'accident.

Publicité

Un avion de ligne russe s'est écrasé, samedi 31 octobre dans la matinée, dans le centre du Sinaï, annoncent les services du Premier ministre égyptien. L’appareil transportait 224 passagers à son bord, des touristes russes, pour la plupart, et 7 membres d’équipage. Selon l'agence de presse russe RIA Novosti, il y avait 200 adultes et 17 enfants parmi les passagers. Les autorités égyptiennes ont également rapporté que trois Ukrainiens figuraient parmi les victimes.

Selon l'ambassade russe en Égypte, tous les passagers de l'avion sont morts dans le crash.

L’avion, un Airbus A-321 de la compagnie russe Kolavia, reliait la cité balnéaire égyptienne Charm el-Cheikh à la ville de Saint-Pétersbourg, en Russie. Dans un premier temps les contrôleurs aériens égyptiens avaient annoncé avoir perdu le contact avec cet avion peu après son décollage.

Selon la correspondante de France 24  à Moscou, Veronika Dorman, les autorités russes ont confirmé le crash de l'avion.

it

La journaliste rapporte que, selon les agences russes, le pilote de l'avion aurait demandé peu de temps après le décollage à atterrir à l'aéroport le plus proche en raison d'un problème technique.

Le Sinaï, un théâtre d'affrontements régulier entre l'Égypte et l'EI

Elle ajoute qu'une cellule psychologique a déjà été mise en place pour les familles des passagers à l'aéroport de Pulkovo, à Saint-Pétersbourg, où devait arriver l'Airbus.

Quarante-cinq ambulances ont été envoyées sur place. En fin de matinée, les corps des premières victimes ont pu être extraits des débris de l'avion qui a été totalement détruit. Dix-sept enfants figurent pour l'instant parmi les victimes. Le Kremlin a, de son côté, annoncé l'envoi de services de secours russes en Égypte.

L'enquête devrait permettre d'établir les causes exactes de ce drame. Les deux boîtes noires de l'appareil ont été retrouvées, a annoncé samedi en début de soirée le ministre égyptien de l'Aviation civile. Celles-ci contiennent les enregistrements des conversations des pilotes ainsi que les données de vol.

Par ailleurs, deux enquêteurs du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA), accompagnés de six conseillers techniques d'Airbus, se rendront dimanche en Égypte sur les lieux du crash de l'avion de ligne russe, a annoncé samedi l'organisme français dans un communiqué.

Le BEA participera à l'enquête en tant que représentant de l'État de conception de l'avion, la France, aux côtés d'organismes allemands (État de construction) et russe (État de l'exploitant).

La péninsule du Sinaï est régulièrement le théâtre d'affrontements entre les forces égyptiennes et des groupes jihadistes, affiliés à l'organisation État islamique (EI).

Robert Galan, ancien pilote de ligne, contacté par téléphone, déclare sur l'antenne de France 24 que "d’une façon générale, les compagnies sont informées des zones où il y a des problèmes. En particulier dans l'est de l'Ukraine".

it

"Ici la zone est particulièrement dangereuse à cause des gens qui s’y produisent, et il est déconseillé aux compagnies de passer par là. Mais la région de Charm el-Cheikh est extrêmement fréquentée, et on ne peut pas empêcher les pilotes de passer par là", ajoute le pilote.

Parmi les causes qui ont pu provoquer le crash, selon Xavier Tytelman, spécialiste de la sécurité aérienne, la thèse de la panne de moteur semble exclue en raison de la vitesse de l'avion : "On dirait une descente d'urgence volontaire", détaille-t-il.

Le spécialiste précise par ailleurs que "rien n'indique que cela puisse être une cause terroriste [...]. Les systèmes d'armes comme celui utilisé en Ukraine sont extrêmement complexes [...] et l'on sait que les terroristes n'en ont pas dans la région".

it

À la suite de l'examen initial du site de l'accident, les services de sécurité du nord du Sinaï s'orientaient samedi après-midi vers l'hypothèse d'un problème technique.

Environ 150 corps ont pour l'instant été retrouvés dans un rayon de cinq kilomètres du lieu où sont tombés les débris de l'avion.

Enquête pour "violation des règles de vol"

Une réunion de crise a été annoncée par le Premier ministre égyptien qui a annulé sa visite au canal de Suez et est rentré au Caire à la suite de l'annonce de l'accident.

Selon l'agence RIA, le comité russe d'investigation a ouvert une enquête pour "violation des règles de vol" à la suite de l'accident. Le ministre des Transports Maxime Sokolov, qui devait s'envoler sur les lieux de la catastrophe, a annoncé que des contrôles allaient être lancées concernant la compagnie Kogalymavia.

L'autorité russe de régulation des transports publics, Rostransnadzor, vérifiera que la compagnie aérienne Kogalymavia, avait bien respecté les règles de sécurité, annonce l'agence de presse russe Interfax.

Rostransnadzor a déclaré avoir découvert des infractions à la réglementation lors de sa dernière inspection de routine à la compagnie aérienne, rapporte l'agence de presse russe. Mais, après l'inspection, qui a eu lieu en mars 2014, la compagnie a remédié aux problèmes dans les délais impartis, précise l'agence de presse russe.

Coopération dans l'enquête

François Hollande a appelé samedi matin son homologue russe Vladimir Poutine pour lui adresser "les condoléances de la France", a déclaré le président à son arrivée au Mont-Saint-Michel, où il devait assister à une présentation du projet de rétablissement du caractère maritime du site.

"Aujourd'hui, seules la compassion à l'égard des victimes et notre solidarité à l'égard des familles méritent que l'on puisse exprimer des paroles", a-t-il déclaré, soulignant : "Nous n'avons pas d'autres informations".

Le président Poutine a, lui aussi, présenté ses condoléances aux familles des victimes, précisent des agences de presse russes. Le Kremlin a annoncé qu'une journée de deuil national serait observée dimanche en Russie à la demande de Vladimir Poutine.

Le 1er novembre, les drapeaux seront mis en berne sur les bâtiments officiels et il est demandé aux chaînes de télévision d'annuler les programmes de divertissement, selon un décret du président diffusé par le Kremlin.

Le président Poutine s'est entretenu par téléphone avec son homologue égyptien, Abdel Fattah al-Sissi pour parler de l'accident.

Le président égyptien a présenté ses condoléances et promis de créer les conditions d'une participation la plus large possible des spécialistes russes à l'enquête sur les causes de la catastrophe, a précisé le Kremlin dans un communiqué.

L'Égypte est l'une des destinations touristiques les plus prisées des Russes, et ses plages sont desservies par de nombreux vols charters. Avec des prix bon marché, elle continue d'attirer de nombreux touristes russes, et souffre moins que les autres destinations, au moment où la chute du rouble et la récession en Russie se traduit par une forte baisse des séjours à l'étranger.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine