Dans la presse

"Dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas"

France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, mercredi 7 octobre, les propos, outre-Manche, de la ministre de l'Intérieur sur les migrants, les difficultés de la chancelière allemande Angela Merkel sur la crise des réfugiés, et l'indignation de "Libération" face au "silence" de Paris après le bombardement d'un hôpital de MSF à Kunduz, en Afghanistan.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
                                                                                                                                   
On commence cette revue de presse internationale en Grande-Bretage, où la ministre de l’Intérieur a tenu hier un discours offensif contre l’immigration, coupable, selon elle, d’empêcher la construction d’une "société cohérente".
 
Theresa May n’est pas favorable à l’immigration, et elle le fait savoir. La ministre britannique a affirmé dans une déclaration, à l’occasion du congrès du Parti conservateur à Manchester, que "l’immigration de masse détériore la société britannique". Ces propos scandalisent le quotidien anglais "The Independent", qui la montre en plein discours et l’interpelle : "Alors, qu’est-ce-que les immigrés ont fait pour nous, Theresa ?", "à part créer 465 000 entreprises, employer plus d’un million de personnes, occuper 11 % des métiers de la santé publique (dont 26 % de médecins), et donner à la Grande-Bretagne plus de 8 000 infirmières et infirmiers rien que pour l’année dernière – tout en contribuant à hauteur de plusieurs milliards de livres à l’économie nationale depuis le début du siècle ?"
 
Les détracteurs de Theresa May l’accusent de chercher à s’imposer à la tête du Parti conservateur. "La ministre de l’Intérieur souffle sur les braises des préjugés dans sa tentative cynique de devenir la dirigeante des Tories", cingle le journal conservateur "The Telegraph", en évoquant un discours "laid, trompeur, et irresponsable". Il donne également la parole à ceux que le discours de la ministre n’a pas offensés: "Theresa May dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas", constate une autre éditorialiste, qui, fait incongru, évoque longuement la robe qu’elle portait hier, une "robe noire au col asymétrique qui mettait en valeur ses épaules" et lui donnait "une apparence de supérieure des Carmélites passée à la carrière d’escort".
 
Dans la même veine, le quotidien "The Daily Mail" juge que Theresa May a parlé "au nom des gens ordinaires", en précisant, en ce qui le concerne, le prix de la robe en question, 1 395 livres (plus de 1800 euros). Pour le quotidien conservateur, la ministre de l’Intérieur aurait prononcé hier "son discours le plus brillant jusqu’à présent", un discours "courageux" qui devrait la conduire à faire campagne en faveur du Brexit, la campagne en faveur de la sortie de l’UE étant considérée par "The Daily Mail" comme la seule façon de mettre ses actes en conformité avec ses paroles.
 
En Allemagne, la position d’Angela Merkel, en faveur des réfugiés est de plus en plus contestée. L'hebdomadaire "Der Spiegel" relève que quatre semaines, à peine, se sont écoulées entre le moment où les Allemands ont commencé à accueillir ces réfugiés à bras ouvert, en saluant "la générosité" de "Mama Merkel" et les premières réserves exprimées ouvertement, jusque dans son propre camp. Entre-temps, le nombre de demandeurs d’asile attendus en 2015 est passé de 800 000 à près d’1,5  million, rappelle le magazine, qui cite la mise en garde de l’opposition, le SPD, pourtant plutôt favorable, jusque là, à la politique de la chancelière: "Nous approchons à grande vitesse de nos limites", a déclaré Sigmar Gabriel.  Signe de la tournure inflammable qu’a pris le débat outre-Rhin, cette mini-polémique, racontée par le quotidien populaire "Bild", qui rapporte qu’une émission de l’ARD, la télé publique allemande, a montré la chancelière en tchador sur fond de minarets, pour illustrer une émission sur les migrants.
 
On termine avec l’indignation de "Libération" face au "silence de Paris", après le bombardement la semaine dernière de l’hôpital de Médecins sans frontières à Kunduz, dans le nord de l'Afghanistan.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine