Accéder au contenu principal

Paris et Londres somment l'ONU d'agir pour éviter les violences au Burundi

Au moins 240 personnes ont été tuées depuis avril, lorsque le président Pierre Nkurunziza a annoncé qu'il briguait un troisième mandat.
Au moins 240 personnes ont été tuées depuis avril, lorsque le président Pierre Nkurunziza a annoncé qu'il briguait un troisième mandat. AFP Archives

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, Paris et Londres ont appelé à des mesures fortes afin d'éviter que le Burundi ne sombre dans un conflit ethnique. De son côté, Bujumbura assure que le pays est "calme".

PUBLICITÉ

La France a exhorté, lundi 9 novembre à l’ONU, la communauté internationale à mettre fin aux violences qui s'intensifient au Burundi et réveillent le spectre d'un génocide, comme au Rwanda voisin en 1994. Interpellé, le gouvernement de Bujumbura a quant à lui assuré que le pays "ne brûlait pas".

Lors d'une réunion du Conseil de sécurité à New York qui a duré près de trois heures et demi, Paris a proposé une résolution qui menace de sanctions les auteurs de ces troubles et appelle les parties à "rejeter toute forme de violence". L'ambassadeur adjoint de la France auprès des Nations unies, Alexis Lamek, a appelé le Conseil à "agir" et à prendre "ses responsabilités".

"Si nous laissons l'escalade des tensions se produire sans rien faire, c'est tout le pays qui risque de s'embraser, a-t-il expliqué. Nous sommes très inquiets par ce que nous voyons au Burundi, cet accroissement de violences politiques et ce discours de haine dans une région où c'est particulièrement inquiétant."

Le texte de résolution, dont l'AFP a obtenu une copie, pourrait être soumis au vote dans les prochains jours. Reste à savoir si la Russie et d'autres pays africains soutiendront les sanctions, certains considérant ces troubles comme des problèmes internes au pays.

>> À lire sur France 24 : "Pierre Nkurunziza s'enfonce dans une logique paranoïaque"

L'ambassadeur adjoint de la Russie à l'ONU, Petr Iliichev, a répondu "non" quand on lui a demandé si des sanctions pourraient aider à résoudre la crise. "Nous devrions trouver une approche qui contribue au processus politique".

"Le Burundi ne brûle pas", a assuré devant le Conseil le ministre des Relations extérieures du Burundi, Alain Aimé Nyamitwe, qui s'exprimait par vidéo-conférence depuis Bujumbura.

"Tout le pays est calme et les citoyens vaquent à leurs activités dans la quiétude, excepté quelques endroits circonscrits dans certains quartiers de Bujumbura, où des petits groupes de criminels armés s'activent encore", a-t-il affirmé. Le responsable burundais a promis que le dialogue avec l'opposition "allait se poursuivre" et demandé de ne pas recourir à des sanctions qui "radicalisent les points de vue".

"Ne pas laisser l'histoire se répéter"

L'ambassadeur britannique à l'ONU, Matthew Rycroft a réclamé des mesures fortes pour empêcher le pays de sombrer dans un génocide. "Nous nous souvenons de ce qui s'est passé dans la région, dans le Rwanda voisin il y a 21 ans, a-t-il rappelé. Nous ne devons pas laisser l'Histoire se répéter."

Le génocide au Rwanda a, en à peine cent jours entre avril et juillet 1994, fait environ 800 000 morts, essentiellement parmi la minorité Tutsi.

>> À lire sur France 24 : Le président Kagame accuse son homologue burundais Nkurunziza de "massacrer" son peuple

La communauté internationale craint des violences à grande échelle après que certains au pouvoir ont récemment multiplié les propos incendiaires aux connotations ethniques, dans un pays à l'histoire post-coloniale jalonnée de massacres entre Hutus et Tutsis.

L'inquiétude a été renforcée par l'expiration samedi soir d'un ultimatum très ferme, lancé aux opposants à son troisième mandat, par le président Pierre Nkurunziza, qui semble décidé à en finir avec plus de six mois de contestation. Tout en promettant l'amnistie à ceux qui "déposeraient les armes", le chef de l’État a averti qu'ensuite la police serait autorisée à user "de tous les moyens" pour désarmer les quartiers contestataires.

Le projet de résolution soutenu par Paris demande par ailleurs au secrétaire général Ban Ki-moon de présenter des mesures d'ici 15 jours visant au renforcement de la présence de l'ONU au Burundi. Ces mesures sont réclamées par les défenseurs des droits de l'Homme.

Au moins 240 personnes ont été tuées depuis avril, quand le président a annoncé qu'il briguait un troisième mandat, "avec des corps jetés dans les rues presque chaque nuit", a rapporté devant le Conseil le Haut commissaire de l'ONU chargé des Droits de l'Homme, Zeid Ra'ad al-Hussein.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.