Accéder au contenu principal

Crash dans le Sinaï : les premiers corps des victimes sont arrivés en Russie

Ce camion frigorifique contient les restes des premières victimes rapatriées, lundi, en Russie.
Ce camion frigorifique contient les restes des premières victimes rapatriées, lundi, en Russie. Vasily Maximov, AFP

Les dépouilles d'une partie des victimes du crash d'un charter russe en Égypte sont arrivées, lundi, à Saint-Pétersbourg et seront acheminées dans un crématorium pour être identifiées. Deux cent vingt-quatre personnes ont péri lors de la catastrophe.

Publicité

Les corps de 144 victimes de l'avion russe qui s'est écrasé dans le Sinaï ont été rapatriés, lundi 2 novembre, à Saint-Pétersbourg, dans le nord-ouest de la Russie. L’appareil transportant ces dépouilles est le premier à ramener les corps de ces personnes tuées lors du crash samedi de l'Airbus A321-200 de la compagnie aérienne russe Metrojet. Ils sont 224, dont de nombreux enfants, à avoir péri lors de la catastrophe.

Un processus d'identification doit commencer dans la journée, a indiqué le ministère russe des Situations d’urgence, qui a organisé ce rapatriement. Pour faciliter ce douloureux travail, des membres des familles des victimes ont fourni des échantillons d'ADN dans un centre de crise installé près de l'aéroport.

Un mémorial improvisé - comptant nombre de jouets en peluche - a été installé sur le site pour rendre hommage aux disparus. Plusieurs milliers de personnes se sont également rassemblées dimanche soir à Saint-Pétersbourg, d'où étaient originaires la plupart des victimes, qui auraient dû atterrir en Russie samedi à la mi-journée, après un séjour dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh.

L’avion s’est disloqué dans les airs

Les autorités égyptiennes et russes ont déclaré ne pas être en mesure pour le moment d'annoncer les causes du crash. L'hypothèse d'un attentat reste envisagée par les experts après la revendication de la branche égyptienne de l’organisation jihadiste de l’État islamique (EI), qui a annoncé samedi avoir détruit l'avion en représailles, selon elle, aux bombardements russes en Syrie.

Un groupe d'enquêteurs internationaux va collaborer avec les autorités égyptiennes. Le chef des experts aéronautiques russes a déclaré que l'avion s'était disloqué "en l'air" pour une raison encore inconnue. "Les fragments se sont éparpillés sur une grande surface d'environ 20 kilomètres carrés", a expliqué au Caire Viktor Sorotchenko, directeur du Comité intergouvernemental de l'aviation (MAK), cité par les agences de presse russes.

Cette dislocation a eu lieu "à haute altitude", a précisé à la télévision russe, depuis l'Égypte, le directeur de l'agence chargée du transport aérien, Alexandre Neradko.

Au total, 217 passagers et sept membres d'équipage sont décédés dans la catastrophe, tous des Russes à l'exception de trois Ukrainiens. Il s'agit de la pire catastrophe aérienne jamais recensée en Russie.

Avec AFP
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.