Accéder au contenu principal
Dans la presse

"La rhétorique dangereuse de Pierre Nkurunziza"

France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, lundi 9 novembre, la victoire en vue pour le parti de l’opposante Aung San Suu Kyi aux législatives en Birmanie, Silvio Berlusconi faisant ami-ami avec la Ligue du Nord, la rencontre Obama/Nétanyahou, et les violences au Burundi.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
                                                                                                                                   
On commence cette revue de presse internationale en Birmanie, où le parti de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi devrait remporter une victoire écrasante aux législatives d’hier, les premières élections libres depuis 25 ans.
 
Après des décennies de lutte contre la junte militaire, la Ligue nationale pour la démocratie, la LND de la «Lady» est aux portes du pouvoir, confirme The Myanmar Times. «L'aube d'une nouvelle ère», titre The Global New Light of Myanmar, qui montre… le président sortant Thein Sein, dernier premier ministre de la junte qui s’est auto-dissoute en 2011, montrant fièrement son doigt taché d'encre à la sortie du bureau de vote. Un geste devenu le symbole d'une liberté longtemps attendue, mais qui illustre aussi le paradoxe de cette élection: les ex-généraux, qui ont continué à tenir le pouvoir depuis 2011, s'affichent à présent comme des réformateurs. Malgré leur défaite annoncée, ils ont promis de respecter le résultat des urnes, ce qui ne signifie pas que leurs opposants auront pour autant le champ libre, rappelle The Myanmar Times, qui explique que l’élection d’hier n’est que le «premier round» d’un match qui va débuter aujourd’hui, le début d’âpres négociations qui seront «probablement difficiles à accepter pour beaucoup de Birmans». «Défaire l’héritage de la junte militaire prend du temps, et cela reste un processus erratique», estime le quotidien birman. The Guardian rappelle qu’au-delà de la bonne volonté affichée par les ex-généraux, les signes de crispations se sont multipliés au cours de la campagne, avec les arrestations de meneurs étudiants, la privation de droit de vote pour des centaines de milliers de musulmans, et l’annulation du scrutin dans les régions en proie aux conflits ethniques.
 
En Italie, Silvio Berlusconi a participé hier à une manifestation organisée à Bologne par le parti anti-européen de la Ligue du Nord. S’il avait jusqu’à présent plutôt fait profil bas, depuis qu'il a été reconnu coupable d'évasion fiscale et interdit de fonction publique pour 6 ans, en 2013, l’ex-chef du gouvernement italien, 79 ans, n’a visiblement pas l’intention pour autant de quitter la scène. D’après le Corriere della Sera, le  Cavaliere a proposé hier l’union de Forza Italia, avec les forces populistes de la Ligue du Nord, le parti anti-européen de Matteo Salvini pour faire tomber le gouvernement de Matteo Renzi. D’après La Repubblica, «la décision de (Berlusconi) de participer comme valet à la réunion à Bologne de Salvini signifie qu'il s'est livré pieds et poings liés au leader de la Ligue». Le quotidien de gauche évoque «une dose de masochisme» dans cette «saison crépusculaire» de l’ancien président du conseil. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu doit quant à lui rencontrer aujourd’hui à Washington Barack Obama, leur première rencontre depuis la signature de l’accord sur le nucléaire iranien. D’après The New York Times, le but de ce rendez-vous est d’élaborer un nouvel accord de sécurité entre Israël et les Etats-Unis, mais aussi de tenter de réchauffer des relations personnelles tendues, «torturées», entre les deux dirigeants.
 
Enfin, les violences au Burundi, seront l’objet aujourd’hui d’une réunion du conseil de sécurité de l’ONU, à la demande de la France. Le pays est en proie à de très vives tensions depuis la réélection contestée de Pierre Nkurunziza en juillet dernier. Mais ce qui inquiète beaucoup à présent, c’est la façon dont Nkurunzizajoue dangereusement avec la question ethnique, rappelle L’Humanité.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.