Accéder au contenu principal

Démonstration de solidarité internationale après les attentats de Paris

Le président américain Barak Obama lors d'un conférence de presse à la Maison Blanche vendredi
Le président américain Barak Obama lors d'un conférence de presse à la Maison Blanche vendredi Jim Watson, AFP

Des États-Unis à la Russie en passant par la Turquie, les manifestations de solidarité internationale se sont multipliées après la série d'attentats qui a endeuillé Paris vendredi soir.

Publicité

Les témoignages de solidarité venus du monde entier se sont succédé après les attaques qui ont fait au moins 120 morts et 200 blessés à Paris vendredi 13 novembre.

>> À lire sur France 24 : Paris endeuillée par les attentats les plus meurtriers de son histoire

De Washington à Moscou, la condamnation est unanime. Ces attentats "ne sont pas seulement une attaque contre Paris" mais "une attaque contre toute l'humanité et nos valeurs universelles", a déclaré le président américain Barack Obama lors d'une allocution à la Maison Blanche.

Le secrétaire d'État John Kerry a condamné dans un communiqué "des actes odieux et abominables" qui sont "un assaut contre notre humanité commune". "Nous nous tenons ce soir au côté du peuple français", a-t-il déclaré.

La Russie condamne, elle aussi, des "attentats odieux" et des "assassinats inhumains", et est prête à apporter "toute son aide dans l'enquête sur ces crimes terroristes", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Le président Vladimir Poutine a exprimé ses condoléances et la solidarité de la Russie au président François Hollande et au peuple français, selon l'agence de presse Tass.

À l’ONU, le secrétaire général Ban Ki-moon a dénoncé des "attaques terroristes méprisables" via son porte-parole et a dit "se tenir au côté du gouvernement et du peuple français".

L’Union européenne solidaire

Le choc est largement partagé au sein de l'Union européenne. De nombreux responsables européens ont partagé  via Twitter leurs messages de solidarité. Tel le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker ou la chef de la diplomatie de l'Union européenne Federica Mogherini.

"En train de suivre avec douleur et effroi les événements à #Paris. L'Europe est avec la France et le peuple français", a-t-elle tweetté.

Comme le Premier ministre britannique David Cameron, la chancelière allemande Angela Merkel, s'est dite "choquée".

Son ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier se trouvait au Stade de France, au nord de Paris, aux côtés du président Hollande, pour assister à la rencontre amicale de football France-Allemagne. Plusieurs personnes ont été tuées dans des explosions dans le secteur du stade. "Nous sommes aux côtés de la France!", a déclaré le chef de la diplomatie allemande toujours sur Twitter.

L'Italie est "ensemble avec ses frères français contre l'atroce attaque contre Paris et contre l'Europe", a déclaré le Premier ministre italien Matteo Renzi sur Twitter. "L'Europe, touchée au cœur, saura réagir à la barbarie", a ajouté M. Renzi.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a appelé le Premier ministre français Manuel Valls pour lui faire part de "toute notre solidarité", selon une source gouvernementale espagnole.

Le Premier ministre belge Charles Michel a assuré que "la Belgique est aux côtés de la France". Les Pays-Bas "se tiennent aux côtés de la France", a aussi déclaré le Premier ministre Mark Rutte.

L’humanité prise pour cible

Le Canada est "solidaire de la France", a assuré le Premier ministre canadien Justin Trudeau.

"Israël se tient aux côtés du président François Hollande et avec le peuple français dans la guerre commune contre le terrorisme", a également déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Le président iranien Hassan Rohani a reporté un voyage prévu en Europe après les attentats et a condamné les attaques, les qualifiant de "crimes contre l'humanité".

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir a condamné les "attaques terroristes odieuses", estimant qu'elles constituent une "violation de toute éthique, toute morale et toute religion".

"Israël se tient aux côtés du président François Hollande et du peuple français dans la guerre commune contre le terrorisme", a affirmé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a lui présenté dans une déclaration télévisée ses "condoléances les plus profondes" à la France et a réclamé un "consensus de la communauté internationale contre le terrorisme".

"La cible des attaques odieuses à Paris est l'humanité toute entière. La Turquie condamne fermement ces attaques", a écrit le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu sur son compte Twitter.

Évoquant des "temps tragiques pour le peuple français", le président chinois Xi Jiping a condamné "de la manière la plus forte ces actes barbares".

Le Japon s'est déclaré "choqué" et "en colère" après ces "actes de terrorisme inhumains et odieux".

 

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.