Accéder au contenu principal

Attaque du Bataclan : le témoignage du groupe Eagles of Death Metal

Une photo du groupe Eagles of Death Metal sur la scène du Bataclan, vendredi 13 novembre 2015, avant l'irruption des terroristes dans la salle.
Une photo du groupe Eagles of Death Metal sur la scène du Bataclan, vendredi 13 novembre 2015, avant l'irruption des terroristes dans la salle. Marion Ruszniewski, Rock&Folk, AFP

Le groupe de rock Eagles of Death Metal, qui se produisait au Bataclan le soir du 13 novembre, a accordé sa première interview depuis les attentats. Le chanteur raconte notamment comment des spectateurs ont été tués dans la loge du groupe.

Publicité

Plusieurs victimes de l'attaque qui a visé le Bataclan le 13 novembre s'étaient réfugiées dans la loge du groupe de rock californien Eagles of Death Metal (EODM) qui jouait ce soir-là dans la salle de concert parisienne, témoigne le chanteur du groupe dans un entretien accordé à la chaîne d'informations Vice.

"Plusieurs personnes se sont cachées dans notre loge et les tueurs ont réussi à y entrer et à tous les tuer, à l'exception d'un gosse qui s'était caché sous ma veste en cuir", raconte le chanteur d'EODM, assis derrière une table à côté du co-fondateur du groupe, Josh Homme.

"Ils ne voulaient pas abandonner leurs amis"

"Les gens faisaient semblant d'être morts et avaient tellement peur", poursuit Jesse Hughes d'une voix tremblante. "Une des raisons pour lesquelles tant de gens ont été tués, c'est parce qu'ils ne voulaient pas abandonner leurs amis. Il y a eu tellement de gens qui se sont mis devant d'autres."

Parmi les victimes de l'attaque figurent le responsable commercial d'EODM, Nick Alexander, et trois membres de la maison de disques du groupe. Les membres des Eagles, dont aucun n'a été touché, sont rentrés aux États-Unis après le drame et ont annoncé l'annulation de tous leurs concerts.

C'est la première fois qu'un membre des Eagles of Death Metal s'exprime publiquement sur cette attaque qui a fait 89 morts, indique Vice, qui a mis en ligne, samedi 21 novembre, un court extrait de l'entretien avec Jesse Hughes avant sa diffusion la semaine prochaine.

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.