Accéder au contenu principal

Niger : au moins 18 villageois tués par Boko Haram

Des soldats nigériens patrouillent dans la région de Diffa, le 13 mars 2015.
Des soldats nigériens patrouillent dans la région de Diffa, le 13 mars 2015. Olatunji Omirin, AFP

Au moins 18 villageois nigériens ont été tués mercredi par des membres de la secte islamiste Boko Haram dans leur village de la région de Diffa, dans le sud du pays. Les assaillants ont ouvert le feu à l'aveuglette sur les habitants.

PUBLICITÉ

Dix-huit villageois ont été tués et 11 autres blessés, mercredi 25 novembre, par des membres du groupe islamiste Boko Haram, dans un village situé dans le sud-est du Niger à la frontière avec le Nigeria, ont indiqué les autorités locales.

"Le bilan est le suivant : 18 morts, 11 blessés, près de 100 habitations brûlées", a "Le bilan est le suivant: 18 morts, 11 blessés, près de 100 habitations brûlées", a affirmé à l'AFP Bako Mamadou, le maire de Bosso. Selon lui, 13 personnes ont été tuées par balles, trois autres ont été égorgées et deux sont mortes calcinées dans l'incendie de leur maison.

"Les assaillants sont venus du Nigeria et ont juste traversé la rivière Komadougou Yobé", qui sert de frontière naturelle entre le Niger et le Nigeria, a précisé à l'AFP une source humanitaire.

En grand nombre

Selon un rescapé de l'attaque joint au téléphone par l'AFP, "des bras valides du village les attendaient de pied ferme avec des armes blanches : flèches, sabres et des coupe-coupes et une bataille farouche s'est engagées entre les deux camps [...] Mais les gens de Boko Haram étaient venus en grand nombre et armés de fusils et aussi d'armes blanches et ont donc pu prendre le dessus sur les villageois."

>> À voir sur France 24 : "Une urgence humanitaire à Diffa"

"Le groupe terroriste de Boko Haram a attaqué ce village à l'aide de roquettes aux environs de 19H30 locale (18H30 GMT) au moment où les habitants étaient en train de prier", selon un communiqué radiodiffusé du gouvernement.

 

L'imam du village fait partie des personnes "égorgées" et "une petite fille de 3 ans est portée disparue", souligne le communiqué. En outre "76 habitations, des véhicules, plusieurs motos et des moulins à grains ont été incendiés".

 

Fin octobre, Boko Haram avait déjà exécuté 13 villageois et blessé trois autres par balles dans un village près de Diffa, la capitale de cette région du sud-est nigérien. Depuis février, la secte islamiste multiplie les attaques autour de Diffa, frontalière du nord-est du Nigeria, fief des insurgés islamistes, alors que l'armée peine à contenir ses incursions.

L'ONU a répertorié, depuis le 6 février, une cinquantaine d'attaques de Boko Haram ou affrontements impliquant ses combattants avec l'armée nigérienne dans le sud-est nigérien. Le 27 octobre, le Parlement avait voté une loi autorisant le gouvernement à "reconduire pour trois mois" l'Etat d'urgence décrété en février dans la zone.

"Le problème le plus important, c'est le contrôle de la zone frontalière"

"Le problème le plus important auquel nous avons affaire, c'est le contrôle de la zone frontière côté Nigeria", avait justifié Hassoumi Massaoudou, le ministre nigérien de l'Intérieur, devant les députés.

"La menace persiste et elle a évolué vers la pose de mines, le harcèlement des troupes et les attaques-suicides avec utilisation de femmes" kamikazes, avait alors résumé un député, Maïdadji Issa.

>> À lire sur France 24 : "Comment fonctionne Boko Haram ?"

Les attaques des islamistes ont provoqué la fermeture de plus de 150 écoles et contraint plus de 47 000 personnes à fuir leurs villages situés sur les bords de la Komadougou Yobé, selon l'ONU.

Au Nigeria, l'insurrection de Boko Haram et sa répression ont fait au moins 17 000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009.

Avec AFP

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.