Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DEMAIN À LA UNE

RD Congo : coup d'envoi de la campagne à un mois de la présidentielle

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Jawad Bendaoud, le logeur des jihadistes du 13-Novembre, jugé en appel

En savoir plus

FOCUS

Le chlordécone, poison pour les terres et les corps en Martinique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zahia Ziouani, la "maestra" pour qui rien n’est impossible

En savoir plus

L’invité du jour

Stéphane Bourgoin : "Les serial killers cherchent à devenir l’égal de Dieu"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : quel avenir pour l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ivanka Trump doit-elle aller en prison ?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Carlos Ghosn, zéro de conduite"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sur un navire en Lybie, 79 migrants refusent de débarquer à Misrata

En savoir plus

Afrique

Mali : attaque à l'arme lourde contre un camp de l'ONU à Kidal

© Alou Sissoko, AFP | Des casques bleus de l'ONU patrouillent dans Tombouctou, au Mali, le 12 mai 2015.

Vidéo par François RIHOUAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/11/2015

Deux membres de la force de maintien de la paix au Mali (Minusma) et un civil ont été tués samedi lorsque des assaillants ont tiré à l'arme lourde sur une base de l'ONU. Le groupe jihadiste Ansar Dine a revendiqué l'attaque.

Deux soldats guinéens de l'ONU et un civil ont été tués samedi 28 novembre dans une attaque contre un camp de la mission de l'ONU au Mali (Minusma) à Kidal, au nord-est du pays. "Notre camp à Kidal a été attaqué tôt ce matin par des terroristes. Ils ont utilisé des roquettes" qui ont tué "deux casques bleus de nationalité guinéenne" et un "civil contractuel", a déclaré à l'AFP un responsable de l'ONU, confirmé par une source locale.

"Vingt personnes ont été blessées, dont certaines gravement, mais toutes sont stabilisées", a précisé François Rihouay, correspondant de France 24 à Bamako. "Il reste à déterminer si c’était des tirs de roquette ou de mortier."

L’attaque est survenue vers 4 h du matin, lors d’un exercice des forces militaires de la Minusma consistant à sécuriser le camp contre les tirs de mortiers des jihadistes. Le groupe jihadiste Ansar Dine a affirmé à l'AFP être à l'origine de l'attaque, en "réponse à la violation de nos terres par les ennemis de l'islam".

"Des cellules dormantes jihadistes à Kidal"

Ansar Dine et d'autres groupes jihadistes tels qu'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) sont notamment présents dans le nord du Mali, où la dernière attaque de ce genre remonte à un mois. "Des cellules dormantes jihadistes sont présentes dans la ville de Kidal et dans les montagnes environnantes", ajoute François Rihouay.

Le nord du Mali était tombé en 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda après la déroute de l'armée. Les jihadistes ont été dispersés et en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale qui se poursuit actuellement. Mais des zones entières échappent toujours au contrôle des forces maliennes et étrangères.

>> À lire sur France 24 : "À Bamako, deux revendications pour une attaque"

Une attaque le 20 novembre contre le grand hôtel Radisson Blu de la capitale Bamako a fait vingt morts, après que des hommes armés y eurent retenu environ 150 clients et employés. L'attentat a été revendiqué le jour même par le groupe jihadiste de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, Al-Mourabitoune, "avec la participation" d'Aqmi.

Un groupe jihadiste du centre du Mali, le Front de libération du Macina (FLM), a également revendiqué l'attentat "avec la collaboration d'Ansar Dine".

Avec AFP

Première publication : 28/11/2015

  • MALI

    Mali : deux groupes jihadistes prétendent avoir perpétré l'attaque de Bamako

    En savoir plus

  • OPÉRATION BARKHANE

    Blessé au Mali, un soldat français succombe à ses blessures

    En savoir plus

  • MALI

    Attaque du Radisson Blu à Bamako : deux suspects arrêtés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)