Accéder au contenu principal

Burkina Faso : premier scrutin démocratique depuis plus de 30 ans

Une affiche de campagne du candidat à l’élection présidentielle, Zéphirin Diabre, placardée sur un bus à Ouagadougou, le 25 novembre 2015.
Une affiche de campagne du candidat à l’élection présidentielle, Zéphirin Diabre, placardée sur un bus à Ouagadougou, le 25 novembre 2015. Issouf Sanogo, AFP

Cinq millions de Burkinabè étaient appelés aux urnes, dimanche, pour la première élection présidentielle depuis la chute, il y a un an, du régime de Blaise Compaoré. Ce scrutin doit tourner la page de la transition politique au Burkina Faso.

Publicité

Quelque 5,5 millions d'électeurs étaient appelés à voter, dimanche 29 novembre, lors de la première présidentielle organisée au Burkina Faso depuis la chute de l’ancien régime, il y a un an. Le scrutin s'est déroulé sans incident majeur.

Cette élection, couplée à des législatives, doit tourner la page de la transition politique mise en place après l'insurrection populaire qui a chassé du pouvoir, fin 2014, Blaise Compaoré, lequel tentait de modifier la Constitution pour pouvoir briguer un nouveau mandat. Quatorze candidats sont en lice pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois.

"Une victoire pour la transition et pour le peuple burkinabè"

"Pour la première fois depuis 50 ans, il y a une incertitude électorale, on ne connaît pas le vainqueur à l'avance", analyse Abdoulaye Soma, président de la Société burkinabè de droit constitutionnel, qui pronostique un taux de participation autour de 50 %, supérieur aux scores habituels lors des élections de l'ère Compaoré.

Les bureaux de vote ont ouvert à 6 h (locales et GMT) avant de fermer à 18 h. "Le vote a commencé à temps dans quasiment tous les bureaux de vote à Ouagadougou mais aussi à l'extérieur du pays", rapporte la correspondante de France 24 dans la capitale burkinabè, Pauline Simonet. "Il n'y a eu aucun incident majeur mais surtout aucun incident sécuritaire. [...] À tel point que le président de la transition, Michel Kafando, au moment où il a voté, a salué une 'victoire pour la transition et pour le peuple burkinabè'."

Les résultats provisoires devraient être annoncés lundi soir, selon la Commission électorale. Environ 25 000 membres des forces de l'ordre ont été déployés pour sécuriser l'élection dans le pays.

L’ombre de Blaise Compaoré

Aucun membre de la transition politique - président et ministres - qui a succédé au régime Compaoré n'est autorisé à participer à cette élection. Le mouvement de Blaise Compaoré, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ne sera pas non plus représenté à la présidentielle, en vertu d'une loi interdisant aux pro-Compaoré ayant soutenu le projet de révision constitutionnelle de briguer des mandats électoraux.

Cependant, le CDP présente des candidats aux législatives et pourrait réaliser un beau score. L'ombre du "Beau Blaise", resté 27 ans à la tête du Burkina Faso et désormais exilé en Côte d'Ivoire voisine, planera donc sur cette campagne.

>> À lire sur France 24 : "Putsch au Burkina Faso : l'enregistrement qui agite le Web ivoirien et burkinabè"

Sept des 14 candidats à la présidentielle ont été plus ou moins des compagnons et des barons du régime déchu. Roch Marc Christian Kaboré et Zéphirin Diabré, considérés comme les deux favoris, sont d'anciens ministres de Compaoré.

Le premier est resté avec l'ex-président pendant 26 ans, occupant les prestigieux postes de Premier ministre et de président de l'Assemblée nationale. Il a aussi été patron du CDP avant de tomber en disgrâce, quittant le parti 10 mois avant la chute du régime. Quant à Zéphirin Diabré, même s'il a quitté le pays pendant de nombreuses années pour travailler dans le privé, il doit une grande partie de sa carrière à Blaise Compaoré.

Prévues le 11 octobre, ces élections avaient été reportées au 29 novembre en raison du coup d'État manqué du 17 septembre, mené par un ancien bras droit de l'ex-président Compaoré, le général Gilbert Diendéré, qui a depuis été inculpé pour crime contre l'humanité.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.