Accéder au contenu principal

La France promet 2 milliards d'euros à l'Afrique d'ici 2020 pour les énergies renouvelables

François Hollande et Ségolène Royal avec le président tchadien Idriss Déby Itno, le mardi 1er décembre.
François Hollande et Ségolène Royal avec le président tchadien Idriss Déby Itno, le mardi 1er décembre. Pierre René-Worms

En marge de la COP21, Paris a annoncé, mardi, un plan d'aide de 2 milliards d'euros au développement des énergies renouvelables en Afrique d'ici 2020. "La France veut montrer l'exemple", a déclaré François Hollande aux dirigeants africains.

PUBLICITÉ

Lors d'un sommet avec des dirigeants africains, en marge de la COP21, François Hollande a promis, mardi 1er décembre, deux milliards d'euros à l'Afrique d'ici 2020 pour développer des énergies renouvelables.

"Muraille verte" contre la désertification au Sahel, préservation du lac Tchad et du fleuve Niger... "La France veut montrer l'exemple", montrer qu'elle n'est pas simplement "le soutien aux forces africaines qui doivent assurer la sécurité du continent", a assuré le chef de l'État. 

>> À lire sur France 24 : Le plan Marshall de Borloo pour électrifier l’Afrique

Rappelant que l'aide française à la lutte contre le changement climatique sera portée de 3 à 5 milliards d'euros par an d'ici à 2020, François Hollande a souligné qu'"une part très substantielle de l'effort bénéficiera à l'Afrique et notamment à l'électrification du continent, sans même attendre 2020". "La France consacrera 6 milliards d'euros entre 2016 et 2020" à l'électrification du continent, a insisté le chef de l'État français.

Pour lutter contre la désertification et les effets du dérèglement climatique, Paris triplera progressivement ses engagements bilatéraux en Afrique pour atteindre un milliard d'euros par an en 2020, une aide qui ira en particulier à la muraille verte, au fleuve Niger et au lac Tchad. Et de rappeler que dernier n'est plus menacé d'abord de disparition mais par la pollution liée à l'agriculture et aux hydrocarbures.

"Il ne s'agit pas de nouveaux financements"

Romain Benicchio, porte-parole d’Oxfam France, organisation vouée à la coopération et à la solidarité internationale, estime que ces engagements ne sont pas à la hauteur des enjeux. "Cette annonce semble être un signal positif qui montre que la France a pris en compte les demandes des pays africains quant aux besoins de financements sur le terrain pour s’adapter aux conséquences du changement climatique", indique l'association dans un communiqué diffusé mardi. " Pour autant, il ne s’agit pas de nouveaux financements mais de la mise en œuvre de ce qui a déjà été annoncé lors de l’Assemblée générale de l’ONU en septembre. Malheureusement, pour l’instant les engagements financiers pris par la France dans le cadre de son Plan de Loi de Finance 2016 sont loin de refléter ces annonces", poursuit le communiqué

Selon l'entourage du chef de l'État, la France souhaite concentrer sur quelques projets l'aide qu'elle apporte pour lutter contre le changement climatique sur ce continent. Des projets qui répondraient également aux choix stratégiques de la France au Sahel, où elle engagée dans la lutte contre le terrorisme, souligne l'Élysée.

Avec Reuters et AFP
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.