Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Penser les périls"

France 24

Au menu de cette revue de presse française, mercredi 2 décembre, le rebond de la cote de popularité de François Hollande, la percée annoncée du FN aux régionales, le groupe Etat islamique en Libye. Et, toujours, le débat sur les racines du djihadisme.

PUBLICITÉ

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse avec cette bonne nouvelle pour François Hollande, qui voit sa cote de popularité faire un bond inédit.
 
20 points d’opinion favorables en plus en un mois - c’est à la fois inédit et spectaculaire, confirme le Figaro, qui a commandé ce sondage, qui crédite le président de 35% de bonnes opinions, contre 63 % de mauvaises, tout de même, soit son niveau de début 2013. «A l’Elysée, où l’on n’ignore pas que cette poussée est liée aux attentats, on se refuse à tout commentaire», rapporte le journal, qui fait état de ce commentaire circonspect, dans l’entourage de Hollande: «mieux vaudrait qu’il ne monte pas trop, comme ça il ne descendra pas non plus. Il n’y a rien de pire que les yoyos dans les sondages». Une prudence qu’explique aussi sans doute en partie le fait que ce regain de popularité devrait avoir peu voire aucun effet sur les régionales, un scrutin que tous les sondages annoncent comme une déroute pour les socialistes, et comme une percée sans précédent pour le FN. D’après les Echos, l’extrême-droite serait aux portes du pouvoir en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, où le vice-président du FN, Florian Philippot, est donné gagnant pour la première fois par un nouveau sondage. Hier, le patron des patrons, Pierre Gattaz, a fait part de son inquiétude face à cette percée annoncée, et dénoncé le programme économique du parti de Marine Le Pen. D’après les Echos, sa démarche serait approuvée par l’ensemble du patronat, qui ne se ferait toutefois «pas trop d’illusions sur sa portée». Une démarche jugée contre-productive, selon l’Obs, qui dénonce «le beau cadeau de Pierre Gattaz au FN». «Que le patron du Medef, symbole de l’establishment, s’en prenne à Marine Le Pen, ne peut que la réjouir».
 
A noter également, ces révélations dans le cadre de l’enquête sur la responsabilité de l’armée française dans le génocide rwandais. D’après des documents versés au dossier d’instruction – documents dont Médiapart et France inter ont déjà fait état, et qu’évoque le site du Figaro -  plusieurs soldats français auraient alerté leur hiérarchie de massacres de Tutsis par des Hutus à Bisesero, du 27 au 30 juin 1994. Des alertes qui n’auraient pas empêché les autorités françaises de rester passives.
 
En Libye, la ville de Syrte est en passe de devenir le nouveau fief de l’organisation Etat islamique. «La contagion libyenne» fait la Une de Libération, qui raconte comment le groupe terroriste est parvenu à s’introduire dans ce pays déchiré politiquement, pour en faire un point d’ancrage hors de la zone irako-syrienne, où il a subi plusieurs revers ces derniers mois.
 
Un coup d’œil, pour terminer, à la tribune que signe François Burgat sur le site de l’Obs. Ce spécialiste de l’islam propose un contrepoint à l’analyse que l’on a évoquée ici du politologue Olivier Roy. Un texte qui était intitulé «le djihadisme est une révolte générationnelle et nihiliste», et qui a beaucoup circulé après les attentats du 13 novembre. Sa thèse, qui évoque «une islamisation de la radicalité», plutôt qu’une «radicalisation de l’islam», pour expliquer le phénomène du djihadisme, est contestée par François Burgat, qui dénonce «une approche qui exonère» la France «d’à peu près toute responsabilité», notamment en matière de politique étrangère.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.