Accéder au contenu principal

Burkina Faso : le parti du président Kaboré remporte les législatives mais sans majorité absolue

Le président élu Roch Marc Kaboré au siège de son parti le 2 décembre.
Le président élu Roch Marc Kaboré au siège de son parti le 2 décembre. Issouf Sanogo, AFP

Selon les résultats officiels, le parti du président élu Roch Marc Kaboré est arrivé en tête des législatives au Burkina Faso. Il n'a pas obtenu de majorité absolue à l'Assemblée nationale et devra donc composer avec des petits partis.

Publicité

Le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), parti du président élu Roch Marc Kaboré est arrivé en tête des législatives au Burkina Faso, selon les résultats officiels annoncés mercredi 2 décembre par la commission électorale.

Avec 55 députés sur un total de 127, il n'obtient cependant pas la majorité absolue et devra trouver des alliés pour gouverner.

>> À voir sur France 24 : "Je veux associer tous les Burkinabè à la gestion du pays", Kaboré à France 24

Le parti du principal rival de Roch Marc Kaboré à la présidentielle de dimanche, Zéphirin Diabré, l'Union pour le progrès et le changement (UPC), arrive second avec 33 députés. L'UPC confirme ainsi son rôle de deuxième force du pays.

L'autre grand enseignement du scrutin de dimanche est la bonne résistance du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), l'ancien parti du président Blaise Compaoré, chassé par la rue après 27 ans au pouvoir en octobre 2014, et qui remporte la troisième place avec 18 sièges.

>> À voir sur France 24 : la génération Sankara

Neuf voix manquantes pour la majorité absolue

À noter aussi que le parti sankariste, inspiré du "père de la révolution burkinabé" Thomas Sankara dont les valeurs ont inspiré tous les partis et les journées d'insurrection d'octobre 2014, a obtenu cinq sièges.

Selon plusieurs observateurs, le nouveau président ne pourra pas s'allier avec l'UPC ou le CDP. Afin d'atteindre la majorité absolue à l'Assemblée et former un gouvernement qui obtienne son investiture, Roch Marc Kaboré devra donc trouver les neuf voix qui lui manquent dans la quinzaine de petits partis qui ont obtenu moins de cinq sièges.

Élu dès le premier tour de la présidentielle dimanche 30 novembre (avec plus de 53 % des suffrages contre près de 30 % à Zéphirin Diabré), Roch Marc Kaboré a notamment promis de s'attaquer au chômage des jeunes, endémique dans ce pays pauvre de 18 millions d'habitants ou de moderniser le système de santé. Et de promettre notamment la gratuité des soins pour les moins de 6 ans. Le taux de participation aux législatives, organisées le même jour, a été sensiblement égal au scrutin présidentiel (60,13 % contre 60 %).

Cette élection, le premier scrutin démocratique depuis 30 ans, clôt l'année de transition ouverte à la chute du régime Compaoré, qui avait été suivie par toute l'Afrique et citée comme un exemple de démocratie.

Avec AFP
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.