Accéder au contenu principal

COP21 : Al Gore optimiste sur la résolution de la "crise climatique"

Al Gore, prix Nobel de la paix en 2007 avec le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), à Paris le 13 novembre 2015.
Al Gore, prix Nobel de la paix en 2007 avec le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), à Paris le 13 novembre 2015. Dominique Faget, AFP

À huit jours de la fin de la 21e conférence internationale pour le climat, les négociations se poursuivent au Bourget. Al Gore, ancien vice-président des États-Unis, a été reçu jeudi matin par Laurent Fabius, président de la COP21.

Publicité

Qui de mieux qu’un lauréat du prix Nobel de la paix, récompensé pour son engagement pour le climat, pouvait apporter son soutien à la COP21 ? L’ancien vice-président des États-Unis, Al Gore, a été reçu jeudi 3 décembre au Bourget par Laurent Fabius, président de la COP21 et ministre français des Affaires étrangères.

"Il est venu parce que la France a besoin de maintenir l’impulsion politique alors qu’on est en train de rentrer dans le dur des négociations", résume Marina Bertsch, spécialiste climat pour France 24 et envoyée spéciale au Bourget.

Militant très engagé, cela fait plusieurs années que l’ancien candidat à la présidentielle donne des conférences sur le réchauffement climatique. S’il n’hésite habituellement pas à être catastrophiste sur le climat et l’avenir de la planète, Al Gore s’est montré plein d’espoir jeudi. Après avoir estimé que "jamais une COP n’a été aussi bien organisée, il a assuré qu' "avec un peu de chance", les dirigeants réunis à la conférence climat allaient "résoudre la crise climatique".

"Nous sommes conscients que beaucoup de travail a été réalisé par des gens compétents avant le début de la COP21. Il est aujourd’hui beaucoup plus probable que l’on aboutisse à un résultat positif dans nos efforts pour résoudre la crise du climat", a-t-il déclaré à la presse. Le prix Nobel de la paix 2007 a également plaidé pour un investissement massif dans la "décarbonisation" du monde pour créer des emplois.

Al Gore avait fait connaître son engagement avec "Une vérité qui dérange", un documentaire sur les effets dramatiques du réchauffement climatique, deux fois oscarisé. En 2007, il fut lauréat, avec le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), du prix Nobel de la paix pour "leurs efforts à mettre en place et diffuser une meilleure compréhension du changement climatique causé par l'homme, et à jeter les bases des mesures nécessaires pour contrecarrer un tel changement".

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.