Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

REPORTERS

Reporters : le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

En savoir plus

FRANCE

Des représentants de la communauté juive mettent en garde contre le vote FN

© Adrien Morlent, AFP | À quelques jours des élections régionales, le FN est donné favori dans quatre ou cinq régions françaises.

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 04/12/2015

Alors que certains sondages donnent le Front national en tête au premier tour des régionales dans plusieurs régions, des représentants de la communauté juive, inquiets, ont manifesté ouvertement leur opposition au parti de Marine Le Pen.

À quelques jours des régionales, la dynamique sondagière du Front national inquiète à tout-va responsables financiers, culturels, politiques mais également les communautés religieuses. Les représentants de la communauté juive en Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) ont appelé jeudi à faire barrage aux régionales à la liste Front national (FN) de Marion Maréchal-Le Pen, en tête dans les sondages.

"Nous n'avons pas la bêtise de croire que nous ne faisons pas partie du lot des personnes que [le FN] exclut", a déclaré Michèle Teboul, présidente régionale du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif). L'organisation a reçu les deux principaux concurrents de Marion Maréchal-Le Pen, Christophe Castaner (PS) et Christian Estrosi (Les Républicains).

"Mme Maréchal-Le Pen base son discours sur la suprématie d'une France chrétienne où nous, juifs, ne trouverions pas notre place (...) Nous ne sommes pas dupes. Si les musulmans n'étaient pas là, ce serait les juifs qu'elle exclurait", a-t-elle poursuivi, lors d'une conférence de presse à Marseille. "Pas une voix juive ne doit se porter sur le Front national", a complété William Labi, président délégué du Consistoire, lors de cette conférence à laquelle assistait également le grand rabbin de Marseille.

La stratégie de séduction de Marine Le Pen

Des déclarations qui ne sont pas anodines. Depuis 2012, la présidente du FN a adopté une stratégie de séduction à l’égard de l’électorat juif, qui ne s’y est pas montré complètement insensible. Si son père et fondateur du parti, Jean-Marie Le Pen, a été condamné pour des propos négationnistes et antisémites après avoir qualifié les chambres à gaz de "détail" de l’Histoire, Marine a rompu avec ces positions dès son accession à la tête du parti.

Elle a multiplié les déclarations pour tenter de défaire le FN de son image raciste et antisémite. Une stratégie de dédiabolisation du parti qui n'est pas sans visée électoraliste. "Je ne cesse de le répéter aux Français juifs, qui sont de plus en plus nombreux à se tourner vers nous : 'Non seulement le Front national n’est pas votre ennemi, mais il est sans doute dans l’avenir le meilleur bouclier pour vous protéger (…) face au seul vrai ennemi, le fondamentalisme islamiste'", déclarait-elle en juin 2014 dans "Valeurs actuelles".

Un mois après, en juillet 2014, réagissant aux violences aux abords des synagogues à Paris et à Sarcelles sur fond de tension à Gaza, Marine Le Pen prenait la défense de la Ligue de défense juive, estimant qu’elle existe "parce qu’un grand nombre de juifs se sentent menacés".

Le vote frontiste devenu "possible" pour les Français juifs

Il semblerait qu’elle ait fait mouche auprès de certains électeurs de confession juive. "La combinaison de ce nouveau positionnement, en rupture très nette avec les dérapages de Jean-Marie Le Pen, de la montée du sentiment d’insécurité et de la ‘menace islamiste’ dans une partie de cet électorat a rendu le vote FN possible", analyse Jérôme Fourquet, directeur de département à l'Ifop et auteur d'un texte sur le vote des électeurs juifs, publié tout à la fois dans l'ouvrage collectif "Les Faux-semblants du Front national" (Presses de Sciences Po, 2015) et sur le site Slate.fr.

D’après des cumuls d’enquêtes de l’Ifop, Marine Le Pen aurait ainsi obtenu 13,5 % des voix* parmi les personnes se déclarant de confession juive au premier tour de la présidentielle de 2012. Un niveau significativement inférieur à la moyenne nationale (17,9 %), mais qui, selon Fourquet, révèle que "le vote frontiste n’est désormais plus résiduel parmi cet électorat".

L’analyste estime qu’il ne faut pas pour autant en tirer de conclusions hâtives. "Les résultats électoraux des bureaux de vote sarcellois de la 'petite Jérusalem' n’ont pas traduit de percée supplémentaire du FN, ni aux européennes de 2014 ni aux départementales de 2015", souligne-t-il, ces dernières élections ayant pourtant eu lieu deux mois après l’attentat à l’Hypercacher de Vincennes.

Reste à savoir si les attentats du 13 novembre permettront au FN de marquer de nouveaux points le 5 décembre auprès de l’électorat juif, sensible au discours sécuritaire. Le Crif espère tout le contraire. Dans un communiqué diffusé le 2 décembre, l’institution juive a appelé les "Français à se rendre massivement aux urnes pour démontrer la vitalité démocratique de notre pays malgré les menaces terroristes" et rappelé "sa position de rejet de l'extrême droite (en particulier du Front national) et de l'extrême gauche, dont les valeurs sont contraires à notre pacte républicain".

---

* En l’absence de statistiques ethniques et religieuses en France, Jérôme Fourquet souligne que les chiffres sur la présidentielle 2012 ont été obtenus à partir d'un échantillon de 510 sondés se déclarant de confession juive et interrogés lors de plusieurs enquête effectuées entre 2012 et 2014.

 

Première publication : 04/12/2015

  • ÉLECTIONS RÉGIONALES

    Les attentats à Paris joueront-ils en faveur de Marion Maréchal-Le Pen aux régionales ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Élections régionales : des responsables économiques et culturels donnent de la voix contre le FN

    En savoir plus

  • FRANCE

    Régionales : pourquoi Nicolas Sarkozy refuse tout front républicain contre le FN

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)