Accéder au contenu principal
CRISE MIGRATOIRE

Quotas de réfugiés : la Hongrie porte plainte auprès de la justice européenne

"Les quotas augmentent la menace terroriste !", un message du gouvernement hongrois affiché, jeudi 2 décembre, en pleine page du quotidien "Magyar Hirlap".
"Les quotas augmentent la menace terroriste !", un message du gouvernement hongrois affiché, jeudi 2 décembre, en pleine page du quotidien "Magyar Hirlap". Attila Kisbenedek, AFP
|
Vidéo par : Axel MAY
3 mn

Le gouvernement hongrois de Viktor Orban a lancé une campagne de presse critiquant la répartition obligatoire des réfugiés au sein de l'Union européenne, principe contre lequel Budapest a porté plainte devant les instances de Bruxelles.

Publicité

"Les quotas augmentent la menace terroriste !" Plusieurs journaux de Hongrie affichaient, jeudi 3 décembre, sur une pleine page des slogans contre la politique migratoire de l’Union européenne (UE). Parmi les autres messages, on pouvait lire : "Un immigré illégal arrive en Europe toutes les 12 secondes en moyenne", "Nous ne savons pas quelles sont leurs intentions", "Nous ne savons pas combien de terroristes se cachent parmi eux"...

Cette initiative fait partie de la campagne de presse lancée par le gouvernement hongrois de Viktor Orban pour signifier son opposition au principe de répartition par quota des réfugiés au sein de l'UE. Ces messages seront relayés à la radio et à la télévision en décembre et janvier, ainsi que sur des panneaux d'affichage qui porteront le slogan "Défendons le pays", a expliqué le gouvernement lors d'une conférence de presse, précisant qu'il s'agissait "d'une campagne d'information sur les risques du plan européen de quotas".

>> À voir sur France 24 : quelle liberté de circulation et d'expression en Hongrie ?

Le coup d’envoi de cette campagne gouvernementale intervient alors que Budapest ont porté plainte, jeudi, devant les instances européennes contre la répartition des réfugiés, comme annoncé depuis plusieurs semaines par le Premier ministre Viktor Orban.

La Slovaquie, qui fait partie elle aussi des États membres opposés à la répartition des réfugiés débuté cet automne, a déjà déposé un recours mercredi devant la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE).

En octobre, le gouvernement Orban, tenant d'une ligne dure contre les migrants, a fait ériger une clôture de barbelés à ses frontières serbe et croate après avoir vu transiter quelque 400 000 candidats à l'asile sur son territoire depuis le début de l'année. Quelques mois plus tôt, il avait également lancé une campagne d’affichage très agressive à l’endroit des immigrés. "Si vous venez en Hongrie, vous ne pouvez pas prendre le travail des Hongrois", "Si vous venez en Hongrie, vous devez respecter notre culture !", disaient les posters placardés dans Budapest.

Avec AFP et Reuters

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.