Accéder au contenu principal

Vidéo : Eagles of Death Metal de retour sur la scène parisienne un mois après les attentats

Bono, le chanteur du groupe U2, avec Jesse Hughes (en blanc), chanteur des Eagles of Death Metal lors d'un concert à Paris, le 7 décembre 2015.
Bono, le chanteur du groupe U2, avec Jesse Hughes (en blanc), chanteur des Eagles of Death Metal lors d'un concert à Paris, le 7 décembre 2015. Danny North, AFP

Près d'un mois après l'attentat meurtrier survenu pendant son concert au Bataclan, le groupe de rock californien Eagles of Death Metal est remonté sur scène lundi 7 novembre lors d'une symbolique apparition à la fin d'un concert de U2.

Publicité

"Laissez-moi vous présenter des personnes dont les vies seront désormais toujours liées à Paris", a annoncé Bono, le chanteur de U2. "Il y a quelques semaines, on leur a volé leur scène, nous voulons leur offrir la nôtre. Bienvenue aux Eagles of Death Metal !" Lundi 7 décembre dans la soirée, un peu moins d’un mois après l’attentat qui a fait près de 90 morts au Bataclan, le groupe de rock californien est remonté sur scène à Paris.

Les Eagles of Death Metal ont rejoint U2 à Bercy (AccorHotels Arena) en toute fin de spectacle sous les ovations des 20 000 personnes présentes, pour entonner avec eux "People have the power", le tube de Patti Smith. Puis U2 leur a laissé la scène pour que les Californiens, dont la notoriété est devenue planétaire depuis les attaques jihadistes du 13 novembre, puissent interpréter leur morceau "I love you all the time".

"Merci Paris, on t'aime ! Et merci à U2 de nous donner cette occasion", a lancé au public le chanteur des Eagles of Death Metal, Jesse Hughes, vêtu d'un costume d'un blanc immaculé. U2, le groupe légendaire irlandais, dont les membres étaient aussi à Paris au moment des attentats, avaient auparavant enchaîné leurs tubes dans un concert ponctué de vidéos de villes marquées par les guerres, de Londonderry en Irlande du Nord à Kobané en Syrie...

"Nous sommes tous Parisiens"

Bono, le leader de U2, s'est adressé à plusieurs reprises en français au public : "Nous sommes tous Parisiens ce soir", a-t-il déclaré, puis : "Si vous croyez en la liberté, Paris est votre maison". Les membres du groupe qui devaient se produire à Paris les 14 et 15 novembre avant que leurs concerts ne soient annulés, étaient allés se recueillir le 14 novembre devant le Bataclan.

Une large solidarité avec les victimes du 13 novembre s’est affichée lors de ce show diffusé sur la chaîne américaine HBO. Entre les chansons, Bono a évoqué l’actualité et s’est dit solidaire des familles des victimes à Paris, Saint Denis, San Bernardino, Istanbul, Beyrouth ou Damas. Les noms des victimes des attentats de Paris se sont enfin affichés sur fond de drapeau français à la fin d’un hymne à Paris, que Bono a enchaîné avec une version à capella de "Ne me quitte pas" de Jacques Brel.

Les Eagles of Death Metal avaient annulé leur tournée européenne après l'attaque contre le Bataclan, qui avait fait 90 morts, dont le responsable commercial du groupe Nick Alexander et trois membres de leur maison de disques. Ils jouaient devant près de 1 500 personnes quand un commando de jihadistes est entré dans la célèbre salle de concert et a ouvert le feu, ce vendredi 13 novembre. 

"Je veux être le premier groupe à jouer au Bataclan quand il rouvrira", a récemment assuré Jesse Hughes au site Vice. Selon leur maison de disques, "EODM", qui est devenu, bien malgré lui, un symbole de liberté depuis l'attentat, va reprendre sa tournée européenne en février.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.