Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Crise migratoire : l'Occident et la tentation du mur

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Raqqa : paroles d'habitants, un an après la reprise de la ville

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mauvaises herbes", la banlieue vue par Kheiron

En savoir plus

FOCUS

Le marché des enfants, un fléau national en Chine

En savoir plus

FACE À FACE

Gilets jaunes : le mouvement s'essouffle-t-il ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Guerre économique : l'OMC a-t-elle encore une marge de manœuvre ?

En savoir plus

L’invité du jour

Gérard Mourou : "Le Nobel de physique a changé ma vie"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget italien : les investisseurs dans l'attente de la décision de Bruxelles

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Thanksgiving, Donald Trump, et ses petites dindes"

En savoir plus

Moyen-Orient

Les rebelles syriens quittent Homs après un accord avec le régime de Bachar al-Assad

© Louai Beshara, AFP | Les forces syriennes ont monté la garde pour permettre l'évacuation des rebelles et civils du quartier de Waer à Homs en Syrie, le 9 décembre 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/12/2015

Après un accord conclu entre rebelles syriens et Damas, des centaines de combattants et de civils ont évacué un quartier rebelle de Homs mercredi. Selon l’OSDH, ils seront acheminés vers Qalaat al-Madiq et Idleb, dans le nord du pays.

Des centaines de civils et de rebelles syriens ont commencé mercredi 9 décembre à évacuer leur dernière place forte à Homs, au centre de la Syrie, à la suite d’un accord conclu au début du mois avec les représentants du régime de Bachar al-Assad, d’après Talal Barazi, le gouverneur de la province. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) confirme que cette évacuation est le fruit d’un accord de paix conclu localement entre les insurgés et les autorités de Damas.

Un premier bus a quitté le quartier de Waer et environ 750 personnes devraient suivre d'ici à la fin de la journée, a rapporté l'OSDH. D’après le gouverneur, environ 700 personnes, dont 400 femmes et enfants ainsi que 300 combattants, seront évacuées mercredi, conformément à l’accord conclu avec le régime syrien.

Au total, quelque 2 000 rebelles et leurs familles vont pouvoir quitter ce quartier assiégé depuis trois ans. "Nous mettons en application la première partie et tout sera fini à la fin de la semaine prochaine", a souligné Talal Barazi. La ville de Homs, à la pointe du mouvement de rejet du régime, avait été surnommée par les opposants "capitale de la révolution".

Bus en partance pour le Nord-Est de la Syrie

À l’extérieur de ce quartier où vivent quelques 75 000 personnes, un journaliste de l'AFP a pu apercevoir 14 bus. Vers 11 h (9 h GMT), neuf étaient déjà occupés par des femmes, des enfants et des hommes âgés. Trois blessés se trouvaient dans des ambulances tandis qu'une voiture tout-terrain des Nations unies était stationnée à proximité.

Parmi les centaines de personnes évacuées figurent des combattants aussi bien que des civils, la priorité étant donnée aux femmes, aux enfants et aux blessés graves, a détaillé le directeur de l'OSDH, Rami Abdelrahmane. Près de 45 groupes armés se trouvaient dans Waer, dont le Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda et des groupes islamistes, a-t-il précisé.

Selon l'OSDH, les bus vont se rendre à Qalaat al-Madiq, dans la province voisine de Hama, puis dans la région d'Idleb, dans le nord-ouest du pays, tenue par l'Armée de la Conquête, réunissant le Front al-Nosra et une kyrielle de groupes islamistes. C'est la police - et non l'armée - qui sera en charge de la sécurité de Waer après le départ des rebelles.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 09/12/2015

  • SYRIE

    Jaïch al-Islam confirme sa présence au sommet de l'opposition syrienne à Riyad

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Le nombre de jihadistes en Irak et en Syrie a doublé depuis juin 2014, selon une étude

    En savoir plus

  • SYRIE

    Moscou a frappé des cibles de l’EI en Syrie depuis un sous-marin

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)