Accéder au contenu principal
ARABIE SAOUDITE

L'Arabie saoudite forme une coalition islamique anti-terroriste de 34 pays

Photo du 16 novembre dernier montrant un pilote saoudien dans son avion F-16 alors que l'Arabie saoudite mène des frappes au Yémen.
Photo du 16 novembre dernier montrant un pilote saoudien dans son avion F-16 alors que l'Arabie saoudite mène des frappes au Yémen. Fayez Nureldine, AFP
3 mn

L'Arabie saoudite a formé une coalition islamique pour lutter contre le terrorisme. Elle comprend 34 pays dont l'Égypte, la Turquie, les Émirats arabes Unis, mais aussi des pays d'Afrique et d'Asie. L'Iran, grand rival de Riyad, n'en fait pas partie.

Publicité

L'Arabie saoudite a annoncé, lundi 14 décembre, la formation d'une coalition islamique antiterroriste. Elle comprend 34 pays du Moyen-Orient, mais aussi d'Afrique et d'Asie, avec notamment l'Égypte, la Turquie, le Pakistan, le Sénégal ou encore la Malaisie.

Cette coalition, placée sous la conduite de l'Arabie saoudite, sera dotée d'un centre de commandement basé à Riyad pour "soutenir les opérations militaires dans la lutte contre le terrorisme", a ajouté l'agence. Dix autres pays musulmans, dont l'Indonésie, soutiennent la nouvelle coalition et pourraient se joindre à elle ultérieurement, selon l'agence d'information saoudienne Spa.

Cette coalition témoigne "du souci du monde islamique à combattre le terrorisme et à être un partenaire dans la lutte mondiale contre ce fléau", a déclaré le futur prince héritier et ministre saoudien de la Défense, Mohamed Ben Salmane, lors d'une conférence de presse à Riyad.

L'Iran et l'Irak n'en font pas partie

Grand rival chiite de Riyad dans la région, l'Iran ne fait pas partie de cette nouvelle coalition, pas plus que l'Irak.

Cette initiative va dans le sens des demandes américaines en faveur d'une plus grande implication des pays arabes dans la campagne militaire menée contre l'organisation jihadiste de l'État (EI) islamique en Irak et en Syrie.

L'Arabie saoudite, qui dirige déjà une coalition arabe contre les rebelles chiites au Yémen, fait également partie de la coalition internationale qui, sous la conduite des États-Unis, combat l'EI en Syrie et en Irak.

À la question de savoir si la nouvelle coalition va se consacrer à la lutte contre l'EI, le prince Mohamed, fils du souverain saoudien, a souligné que cette coalition allait combattre "toute organisation terroriste".

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.