Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Comores : le président Azali Assoumani prévoit une présidentielle anticipée au printemps prochain

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Stan Lee, le père des super-héros, est mort

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Macky Sall veut une mobilisation contre le terrorisme au Sahel comme en Syrie

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence sur la Libye à Palerme : chaos, division ... vers un échec ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

JP Bimeni : premier album épicé d'une voix burundaise de l'exil

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Antonio Guterres et Audrey Azoulay sondent les futurs défis à la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Italie : budget provocateur ou déficit démocratique ?

En savoir plus

L’invité du jour

Pédophilie : "Une catastrophe pour les victimes, une catastrophe pour l’Église"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Juncker : "Ce n'est pas le président des États-Unis qui fixe nos agendas"

En savoir plus

Afrique

Référendum constitutionnel en Centrafrique : des résultats provisoires rendus publics

© Marco Longari, AFP | Des électeurs centrafricains attendent de pouvoir voter, à Bangui le 13 décembre 2015.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/12/2015

Après le référendum constitutionnel de dimanche en Centrafrique, les premiers résultats partiels provisoires donnent le "oui" largement en tête dans les bureaux de vote de la capitale, Bangui. La participation n'a en revanche atteint que 30 %.

Les électeurs de Bangui, la capitale centrafricaine, appelés à se prononcer par référendum sur un projet de réforme constitutionnelle il y a quatre jours, ont voté "oui" à 89,7%, avec un taux de participation d'à peine 30 %, selon des résultats provisoires annoncés jeudi 17 décembre par Julius Ngouadé Baba, le rapporteur général de l'Autorité nationale des élections (ANE).

>> À lire sur France 24 : "Violences, autonomie du Nord-Est : la Centrafrique est-elle prête pour la présidentielle ?"

Les résultats des villes de province "sont en partie parvenus au centre de traitement des données et le reste est en cours d'acheminement", a précisé Julius Ngouadé Baba. Lorsque tous les résultats seront compilés au niveau national, ils devront être validés officiellement.

Violences et intimidation

Ce vote essentiel, première étape test avant la présidentielle et les législatives du 27 décembre, censées sortir le pays de trois ans d'affrontements intercommunautaires, a été émaillé d'incidents violents orchestrés par les opposants au processus électoral.

Ces opposants appartiennent aux franges les plus radicales de l'ex-rébellion musulmane Séléka et des milices anti-balaka, chrétiennes et animistes, dont les leaders sont exclus de la course à la présidentielle.

En raison de ces violences, le scrutin a été prolongé lundi dans certaines zones, notamment dans le quartier musulman PK5 de Bangui, où des opposants au processus électoral avaient attaqué la veille à l'arme lourde des électeurs s'apprêtant à voter, faisant 5 tués et une vingtaine de blessés.

Une VIe République et une limite à deux mandats présidentiels

Le projet de nouvelle Constitution soumis à référendum prévoit notamment la proclamation d'une VIe république, une limite du mandat présidentiel à deux exercices, la formation d'une Haute Cour de justice et des dispositifs de lutte contre la corruption et de mise à l'écart des bandes armées.

La Centrafrique, un des pays les plus pauvres au monde, est plongée dans le chaos depuis le renversement du président François Bozizé en mars 2013 par l'ex-rébellion Séléka, elle-même finalement chassée du pouvoir par une intervention internationale menée par la France dans son ancienne colonie début 2014.

Avec AFP

Première publication : 17/12/2015

  • CENTRAFRIQUE

    Centrafrique : les élections législatives et présidentielle fixées au 27 décembre

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Centrafrique : référendum constitutionnel sous tension, deux morts à Bangui

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Violences, autonomie du Nord-Est : la Centrafrique est-elle prête pour la présidentielle ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)