Accéder au contenu principal

États-Unis : le controversé investisseur Martin Shkreli arrêté par le FBI

Martin Shkreli a soulevé une vive indignation pour avoir fait grimper le prix d'un médicament de 5 000 % du jour au lendemain.
Martin Shkreli a soulevé une vive indignation pour avoir fait grimper le prix d'un médicament de 5 000 % du jour au lendemain. Capture d'écran Twitter

Le FBI a arrêté Martin Shkreli dans le cadre d'une affaire de fraude. Cet investisseur a été surnommé "l'homme le plus détesté" des États-Unis en septembre pour avoir décidé une hausse de 5 000% d'un important médicament.

PUBLICITÉ

Le FBI a arrêté, jeudi 17 décembre, "l'homme le plus détesté des États-Unis". Martin Shkreli est accusé de fraude et malversation à l'époque où il était à la tête de la société pharmaceutique Retrophin en 2014.

Mais ce n'est pas cet épisode de la vie cet investisseur spécialisé dans le secteur pharmaceutique qui lui vaut une réputation des plus sulfureuses. Son nom est associé depuis août 2015 au scandale du Daraprim.

Indignation générale

Martin Shkreli avait soulevé l'indignation générale pour avoir décidé, du jour au lendemain, d'une hausse de plus de 5 000 % de ce médicament jugé essentiel par l'Organisation mondial de la santé (OMS) pour certains malades et notamment les patients atteints du Sida.

Le prix du Daraprim n'avait pas beaucoup varié aux États-Unis depuis sa mise en circulation en 1953. Mais après le rachat des droits d'exploitation de ce médicament pour 55 millions de dollars, Turing Pharmaceuticals, la société fondée par Martin Shkreli, avait annoncé en septembre que le tarif du comprimé de Daraprim allait passer de 13,50 dollars à 750 dollars.

Cette brutale hausse des prix avait été dénoncée notamment par les deux principaux candidats à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle américaine, Hilary Clinton et Bernie Sanders. L'homme d'affaires et candidat à l'investiture républicaine Donald Trump avait églament critiqué la politique tarifaire pratiquée par Turing Pharmaceuticals.

Maintien du prix

Après plusieurs semaines de bataille médiatique, Martin Shkreli avait promis de baisser le prix. Mais à la mi-novembre, nouveau retournement de situation : le tarif, jugé exorbitant par beaucoup, est finalement maintenu. En France, le même médicament, commercialisé sous le nom de Malocide, est vendu au prix de 12,94 euros pour 20 comprimés.

L'affaire qui intéresse le FBI prouve que l'entrepreneur n'en était pas à sa première controverse. Martin Shkreli est en fait accusé par ses anciens associés de Retrophin d'avoir pioché dans la caisse de la société pour enrichir son propre fond d'investissement, MSMB, à travers des contrats de conseils fictifs.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.