Accéder au contenu principal

Les factions libyennes rivales signent un accord de paix contesté

Le président du Congrès général national Nouri Abou Sahmein et le président de la chambre des représentants de Libye, Aguila Salah Issa, le 15 décembre 2015 à La Valette (Malte).
Le président du Congrès général national Nouri Abou Sahmein et le président de la chambre des représentants de Libye, Aguila Salah Issa, le 15 décembre 2015 à La Valette (Malte). Reuben Piscopo, AFP

Des représentants des factions libyennes rivales ont signé jeudi un accord élaboré sous l'égide de l'ONU prévoyant la formation d'un gouvernement d'union nationale. Le texte était pourtant contesté au sein des deux parties.

PUBLICITÉ

Des députés et des hommes politiques libyens ont signé, jeudi 17 décembre à Skhirat, au Maroc, un accord élaboré par les Nations unies pour sortir la Libye du chaos, malgré l'objection des deux Parlements rivaux qui l'ont rejeté d'avance.

>> À voir sur France 24 : "Union nationale en Libye : un rempart contre l’organisation État islamique ?"

L'accord prévoit la mise en place d'un gouvernement d'union nationale, dont les pays occidentaux espèrent qu'il pourra contrer l'influence croissante du groupe terroriste État islamique (EI). Selon notre journaliste James André, ce nouveau gouvernement sera "un interlocuteur qui pourra demander de l’aide à la communauté internationale pour lutter contre Daech", fournissant ainsi le prétexte nécessaire à une intervention étrangère. Le texte prévoit également d'instaurer un conseil présidentiel, au début d'une période de transition qui devra s'achever par des élections législatives.

Mais cet accord est loin de faire l'unanimité et sa mise en œuvre s'annonce compliquée, étant donné qu'il a déjà été rejeté par les chefs des deux Parlements rivaux et par les tenants de la ligne dure dans les deux camps. James André questionne d’ailleurs son utilité : "Est-ce que cet accord peut faire avancer ce dossier libyen ? Ce n’est pas clair car les deux leaders des Parlements qui ne sont pas d’accord sont unis par une seule chose : leur antagonisme contre l’ONU, qu’ils accusent d’ingérence dans les affaires libyennes."

>> À lire sur France 24 : "Le parlement de Tobrouk rejette le gouvernement d'union de l'ONU"

Quatre ans après la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye est divisée entre un gouvernement autoproclamé à Tripoli et le gouvernement reconnu par la communauté internationale qui a trouvé refuge dans l'Est, près de la frontière égyptienne. Ces deux entités sont soutenues par d'anciens rebelles et des milices qui ont fait plonger le pays dans le chaos, ce dont a profité l'EI pour s'implanter, notamment autour de la ville de Syrte.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.