Accéder au contenu principal
CENTRAFIQUE

Centrafrique : à Bangui, la "caravane de la paix" relie chrétiens et musulmans

L’imam Sheikh Tidjani Moussa Nahib (à gauche) accueille l’archevêque de Bangui Dieudonne Zapalainga à la mosquée centrale de Bangui, le 3 décembre 2015.
L’imam Sheikh Tidjani Moussa Nahib (à gauche) accueille l’archevêque de Bangui Dieudonne Zapalainga à la mosquée centrale de Bangui, le 3 décembre 2015. Marco Longari, AFP
|
Vidéo par : Anthony FOUCHARD
2 mn

La campagne bat son plein en Centrafrique à trois jours d’élections cruciales. À Bangui, les habitants espèrent que ce vote sera celui de la réconciliation. L'Église a organisé une marche pour rallier chrétiens et musulmans.

Publicité

La "caravane de la paix" traverse tous les barrages. Organisée par l’archevêque de Bangui, cette marche qui a rallié en décembre les quartiers chrétiens et musulmans de la capitale centrafricaine, place les élections présidentielle et législatives du 27 décembre sous le signe de la paix et de la réconciliation.

Suivi par des dizaines de chrétiens enthousiastes, Monseigneur Dieudonné Nzapalainga emprunte la "ligne rouge", une avenue de Bangui dévastée par les combats et contrôlée par des miliciens des deux camps, pour rejoindre le quartier musulman du PK5. Il y salue l’imam de la mosquée centrale avant de reprendre son périple pour "briser la méfiance".

>> À lire sur France 24 : "Chrétiens et musulmans sont frères", affirme le pape François à Bangui

"Avec cette caravane de paix, une femme a pu voir des membres de sa famille [qu’elle n’avait pas vu depuis des mois]. Peut-être que c'est ce geste de Noël que je pourrais garder dans mon cœur. Je participe au désenclavement car dans ce quartier il y a des chrétiens, des musulmans, il y a des Centrafricains. Et ils doivent pouvoir vaquer librement à leurs occupations", explique à France 24 Mgr Nzapalainga.

Il n’est pas certain que toutes les barrières soient levées après son passage, mais l'archevêque continuera de marcher sur les lignes rouges de la capitale : "aujourd'hui ce n'est pas seulement des gens qui sont allés au PK5, dit-il, c'est l'opinion qui a traversé".

>> À lire sur les Observateurs : "Les musulmans de Bangui se mobilisent pour la visite du pape"

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.