Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Citoyens de seconde zone"

France 24

Au menu de cette revue de presse française, lundi 28 décembre, les tensions à Ajaccio, en Corse, où une expédition punitive a suivi l’agression de deux pompiers le soir de Noël. Et les déchirements du PS sur l’extension de la déchéance de nationalité.

PUBLICITÉ

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

Au menu de cette revue de presse française, l’ambiance toujours tendue à Ajaccio, en Corse, après l’agression de deux pompiers, dans la nuit du 24 au 25 décembre, et l’expédition punitive qui en a suivi.

Cette "manifestation" a dégénéré en l’attaque d’une salle de prière musulmane d’un quartier populaire, ce qui a amené le préfet de Corse à en clôturer l’accès. Malgré cette interdiction, des habitants de la ville ont de nouveau tenté de s’y rendre, hier, d’après "Le Parisien", qui les montre tambourinant sur les barrières. "Ajaccio, une cité coupée en deux", titre le journal, qui rapporte que les meneurs de ce rassemblement ont déclaré se battre "contre la racaille mais pas contre les Arabes" - des propos qui tranchent avec les violences verbales de vendredi. "On est chez nous", "Arabes dehors", "On va vous tuer", avaient alors crié certains manifestants.

Pour "Le Figaro", "certes, saccager un lieu de culte est hautement répréhensible, de même que se faire justice soi-même. Mais tendre un guet-apens aux pompiers et les accueillir avec des pierres et des barres de fer l’est tout autant. Sans guet-apens, pas de saccage ni cris de haine. Des millions de Français en sont convaincus - notamment ceux qui ont voté FN aux élections régionales -, et il ne sert à rien d’inverser la hiérarchie des responsabilités, sous peine de les révolter un peu plus".

"L’Opinion" s’inquiète davantage du manque de réaction du gouvernement aux dégradations et aux propos racistes tenus par les «manifestants". Rappelant qu’une partie d’entre eux a très ouvertement assimilé les musulmans du quartier aux agresseurs des pompiers, voire à des terroristes, le journal regrette que "malgré la gravité des faits, le gouvernement (se soit) contenté d’un service minimum". "Transposée dans n’importe quelle banlieue dite difficile du continent, les scènes qui se sont déroulées semblent tout bonnement inimaginables, quel qu’en soit le prétexte", fustige "L’Opinion", qui relève que "les forces de l’ordre n’ont procédé à aucune interpellation".

"Quelle que soit la responsabilité des pouvoirs publics d’avoir laissé se développer un ghetto de non-droit, les images renvoyées par la Corse sont terribles", écrit "La Croix", inquiet de ce "que ces images révèlent de la grande confusion qui s’installe dans le pays, entre religion, origine, et délinquance, avec la tentation de faire des croyants musulmans les boucs-émissaires". Le journal relève que ces événements surviennent "juste après l’arrivée au pouvoir des nationalistes – dont certains ne se sont pas privés de revendiquer une identité corse exclusive". "D’Ajaccio à Béziers (ville dirigée par le FN), ce sont les mêmes discours, au fond, qui prétendent resserrer les rangs de la nation en en rejetant des parties. Ils répandent insidieusement l’idée qu’il y aurait dans notre pays des citoyens de seconde zone, faisant de la religion une de leurs variables d’exclusion". "La Corse, rappelle 'La Croix', pas plus que la France, n’est une 'terre chrétienne', c’est un pays aux racines en partie chrétienne. Mais un christianisme qui a toujours placé au premier rang des valeurs l’accueil de l’étranger".

Pendant ce temps, la gauche continue de se déchirer sur l’extension de la déchéance de nationalité aux Français condamnés pour terrorisme. D’après "Le Figaro", "la contestation s’amplifie au PS", où la déclaration, hier, de Valls - "une partie de la gauche s’égare au nom de grandes valeurs" - ne passe pas. "Monsieur le président, vous n’avez pas honte ?", s’indigne SOS Racisme dans une lettre ouverte publiée par "Libération" - une tribune où Dominique Sopo dénonce le "cynisme" de Hollande. Pour terminer sur une note plus optimiste, je vous recommande de jeter un cil au dossier de "Libération" sur les modes de consommation alternatifs : "À plusieurs, c’est meilleur", qu’on se le dise !

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.