Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie turque fragilisée par l'inflation et la chute de la monnaie

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un accueil saoudien royal pour Imran Khan"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Salzbourg au centre la scène européenne

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Armée algérienne : le grand nettoyage?

En savoir plus

LE DÉBAT

Audition de Benalla au Sénat : malaise au sommet

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les Frères Sisters", western fraternel et meurtrier

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

"This is Iraq" : rencontre avec le rappeur I-NZ

En savoir plus

SPORT

Un Émirati accusé d'un projet d'attentat contre le Grand Prix d'Abu Dhabi

© Karim Sahib, AFP | Le circuit de Formule 1 d'Abu Dhabi.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/12/2015

Un Émirati, dont l'identité n'a pas été révélée, a été accusé par la justice locale d'avoir planifié un attentat à la bombe contre le circuit de Formule 1 d'Abu Dhabi. L'homme, interpellé le 21 novembre 2014, a rejeté les accusations.

Un ressortissant des Émirats arabes unis, dont l'épouse a été exécutée pour le meurtre d'une Américaine, a été formellement accusé d'être lié à l'organisation de l'État islamique (EI) et d'avoir planifié un attentat contre le circuit de Formule 1 d'Abu Dhabi, a rapporté mardi 29 décembre la presse locale.

Les médias internationaux n'ont pas été invités à assister à l'audience, lundi 28 décembre, à la Cour de sûreté de l'État où l'accusé, identifié seulement par les initiales M. A. H., a entendu les charges pesant contre lui, selon des quotidiens émiratis.

Au total, l'homme fait l'objet de sept chefs d'accusation, dont l'intention de poser des bombes sur le circuit de Formule 1, dans un magasin Ikea sur l'île de Yas et dans des autobus de touristes étrangers à Abu Dhabi. Il est également accusé d'avoir planifié des attaques contre une base militaire américaine aux Émirats et contre de hauts responsables de la fédération.

L'homme a rejeté toutes les accusations

Selon le "Gulf News" qui cite des procureurs, il a essayé de rejoindre les jihadistes de l'EI en Irak "mais, comme il n'a pas réussi à s'y rendre, il a choisi de travailler aux Émirats en soutien à l'organisation terroriste".

L'homme a rejeté toutes les accusations portées contre lui et s'est plaint d'avoir été placé en isolement pendant six mois, après avoir été arrêté le 21 novembre 2014, a indiqué le journal "The National".

Son épouse, Alaa al-Hashemi, 30 ans, a été exécutée par balle le 13 juillet après avoir été condamnée à mort pour le meurtre d'une enseignante américaine, tuée le 1er décembre 2014 dans les toilettes d'un centre commercial d'Abu Dhabi avec un couteau de cuisine.

"Tolérance zéro" pour les islamistes

Elle avait aussi été reconnue coupable d'avoir cherché à faire exploser une bombe artisanale devant le domicile d'un médecin américain d'origine égyptienne.

Les Émirats, où la population locale ne représente qu'environ 10 % des habitants, se sont engagés en septembre 2014 dans la coalition internationale anti-EI en Syrie.

Les attaques imputées à des jihadistes ou des personnes s'inspirant de groupes extrémistes sont rarissimes dans cette riche monarchie du Golfe qui mène une politique de "tolérance zéro" vis-à-vis des islamistes.

Avec AFP

Première publication : 29/12/2015

  • RELIGION

    Urbi et Orbi : le pape François fustige les "atroces actions terroristes"

    En savoir plus

  • FRANCE

    Attentats de Paris : les dernières révélations de l'enquête

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Bruxelles : arrestation de deux personnes soupçonnées de préparer des attentats

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)