Accéder au contenu principal

Indignation dans le monde chiite après l’exécution d’un imam en Arabie saoudite

Des Saoudiennes chiites manifestent à Qatif, dans l'est du pays, le 2 janvier 2016, à la suite de l'exécution du dignitaire chiite, Nimr al-Nimr.
Des Saoudiennes chiites manifestent à Qatif, dans l'est du pays, le 2 janvier 2016, à la suite de l'exécution du dignitaire chiite, Nimr al-Nimr. Stringer, AFP

Derrière l'Iran, le monde chiite s'indigne samedi après l'exécution en Arabie saoudite d'un chef religieux condamné à mort pour terrorisme. Riyad a convoqué l'ambassadeur d'Iran pour protester contre les déclarations "agressives" de Téhéran.

Publicité

L'exécution en Arabie saoudite du chef religieux chiite Nimr Baqer al-Nimr, 56 ans, a suscité l'indignation dans le monde chiite, samedi 2 janvier, notamment en Iran, grande puissance rivale de l'Arabie saoudite.

Téhéran avait prévenu que l’exécution du dignitaire chiite "coûterait cher à l’Arabie saoudite". "Je ne doute pas que ce sang pur tachera la Maison [de la famille] Saoud et qu'ils seront balayés des pages de l'histoire", a déclaré le leader religieux iranien Ahmad Khatami, cité par l'agence iranienne Mehr.

Samedi soir, Riyad a convoqué l'ambassadeur d'Iran pour protester contre les déclarations "agressives" de Téhéran, après l'exécution de Nimr Baqer al-Nimr, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

En Irak, Khalaf Abdelsamad, chef du bloc parlementaire du parti chiite Dawa - le parti du Premier ministre Haider al-Abadi - a exhorté le gouvernement à "fermer l'ambassade saoudienne en Irak, expulser l'ambassadeur et exécuter tous les terroristes saoudiens emprisonnés en Irak", en rétorsion, selon un communiqué de son cabinet.

L'influent imam chiite Moktada al-Sadr a invité les chiites d'Arabie et du Golfe à se mobiliser pacifiquement contre "les injustices et le terrorisme gouvernemental". "J'appelle à des manifestations de colère devant les sites et les intérêts saoudiens et j'exhorte le gouvernement à renoncer à l'ouverture de l'ambassade saoudienne", ajoute-t-il sur son site internet.

L'ambassade saoudienne à Bagdad a rouvert le 15 décembre dernier, 25 ans après la suspension des relations entre les deux pays à la suite de l'invasion du Koweït.

"Un crime haineux"

Photo non datée du chef religieux chiite Nimr Baqer al-Nimr, qui fut une figure de contestation contre le régime saoudien.
Photo non datée du chef religieux chiite Nimr Baqer al-Nimr, qui fut une figure de contestation contre le régime saoudien. AFP

Au Liban, le mouvement chiite du Hezbollah a pour sa part condamné "un crime haineux (perpétré) sur la base de fausses allégations, de lois corrompues et d'une logique pervertie qui n'a rien à voir avec la justice", selon un communiqué du mouvement.

Au Yémen, le mouvement houthi dit porter le deuil "d'un guerrier saint" exécuté "après une parodie de procès et en violation flagrante des droits de l'homme". De nombreux manifestants se sont rassemblés dans le district saoudien de Katif, région de la côte est à majorité chiite qui a été le théâtre de violentes manifestations entre 2011 et 2013.

Soutien des puissances sunnites à Riyad

De leur côté, les puissances sunnites, dont Bahreïn et les Émirats arabes unis, ont fait part de leur soutien à Riyad.

Les 47 exécutions sont les premières de l'année 2016 dans ce royaume ultra-conservateur qui avait mis à mort 153 personnes l'année dernière, selon un décompte de l'AFP basé sur des chiffres officiels. Le nombre d'exécutions en 2015 a largement dépassé celui enregistré en 2014 (87).

Avec AFP et Reuters
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.