Accéder au contenu principal
Dans la presse

"La dernière cartouche d'Obama"

France 24

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 5 janvier, les répercussions, au Moyen-Orient, de la rupture des relations diplomatiques entre l’Arabie saoudite et l’Iran. La fermeture de l’Europe. Obama et les armes à feu. Et des nouvelles du canal Saint-Martin à Paris.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre iPhone ou sur tout autre mobile. Et toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

Au menu de cette revue de presse internationale, la menace que représente pour l’ensemble du Moyen-Orient la montée des tensions entre l’Iran et l’Arabie saoudite depuis l’exécution du cheikh chiite saoudien Al-Nimr.

La dégradation des relations déjà passablement mauvaises entre les deux nations, couronnée par la  rupture diplomatique, est en train d’imposer une "logique de bloc" à toute la région, s’inquiète L’Orient Le Jour, qui rappelle que les alliés du royaume, le Soudan, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont aussi annoncé lundi la rupture de leurs relations diplomatiques avec l’Iran ou le retrait de leurs ambassadeurs dans le pays. Des milliers de partisans du chef chiite Moqtada Sadr manifestaient quant à eux à Bagdad, en Irak, où deux mosquées sunnites ont été visées par des attentats et le muezzin d’une troisième a été abattu. La "querelle" irano-saoudienne est présentée par The Wall Street Journal comme liée à des enjeux de politique intérieure, pour Riyad comme pour Téhéran. D’après le journal, les tensions actuelles bénéficieraient surtout aux éléments les plus conservateurs, mais aussi à l’organisation État islamique, toujours prête à tirer profit de la discorde entre les puissances de la région. Pour le royaume saoudien, la crise avec l’Iran permettrait de reléguer au second plan le mécontentement suscité par la nouvelle politique d’austérité, tandis qu’elle serait un moyen, pour l’Iran, de faire diversion aux dissensions entre les conservateurs, qui ne veulent pas que l’accord sur le nucléaire se traduise par une plus grande ouverture de la République islamique, et les plus modérés, dont ferait partie Hassan Rohani.

Les troubles au Moyen-Orient provoquent la fuite de dizaines de milliers de réfugiés, dont l’Europe ne veut plus. La Suède et le Danemark ont dressé lundi de nouveaux obstacles sur leur route, la Suède en imposant la présentation d'une pièce d'identité à tous les voyageurs arrivant du Danemark, et celui-ci en instaurant, dans la foulée, des contrôles à la frontière allemande. Des décisions que le dessin de Lars Andersen, publié par Berlingske, symbolise par une série de barrières qui se referment les unes après les autres. "Et tout à coup, il y eut une frontière", écrit le quotidien danois, qui rappelle que le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen avait déjà laissé entendre qu'il réagirait aux contrôles systématiques annoncés par la Suède, et précise que les contrôles danois ne seront quant à eux pas systématiques, mais aléatoires. Sommes nous en train d’assister à la fin de Schengen?, s’interroge The Independent, tandis que The Guardian juge que "le pont est fermé" - pas seulement le pont de l'Öresund, la principale porte d'entrée des réfugiés qui tentent de gagner la Suède, le pont entre l’Europe et les pays de tous ceux qui tentent de fuir la guerre et les persécutions. Une fermeture que le quotidien attribue aux "calculs politiques" des dirigeants européens. 

À la une, également, l’annonce aujourd’hui par Barack Obama d’une série de mesures pour encadrer l’accès aux armes à feu. Ses propositions doivent être dévoilées en fin de matinée à la Maison Blanche, mais The Washington Post évoque déjà quelques pistes, notamment que les vendeurs d’armes à feu, en particulier ceux qui vendent sur Internet et dans les expositions, disposent d’une licence et enquêtent sur le passé, le profil de leurs clients. Le président américain veut également débloquer 500 millions de dollars supplémentaires pour soigner les maladies mentales – ce qui va nécessiter d’obtenir le feu vert du Congrès. Pour Obama, rappelle The Daily Beast, c’est "le tir de la dernière chance".

On termine avec des nouvelles du canal Saint-Martin, à Paris. D’après The Guardian, le canal va être vidé et rester à sec pendant trois mois pour subir un sérieux nettoyage. Montant de la toilette: 9,5 millions d’euros.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.