Accéder au contenu principal

EDF épinglé par le jury de déontologie publicitaire

Le jury de déontologie publicitaire, l’instance de régulation de la publicité, a épinglé EDF dans un avis rendu le 5 janvier.
Le jury de déontologie publicitaire, l’instance de régulation de la publicité, a épinglé EDF dans un avis rendu le 5 janvier. Charly Triballeau, AFP

Pour le jury de déontologie publicitaire, EDF a induit le public en erreur sur la réalité écologique de ses actions. L’entreprise est notamment critiquée pour un slogan dans lequel elle affirme produire 98 % de son électricité sans CO2.

Publicité

EDF coupable de publicité mensongère ? Le fournisseur d'énérgie a en tout cas diffusé une réclame "susceptible d’induire le public en erreur", a estimé le jury de déontologie publicitaire, l’instance de régulation de la publicité, le 5 janvier, après avoir été saisie par le réseau Sortir du nucléaire en septembre dernier.

L’association écologiste reprochait au groupe une publicité, diffusée sur son site Internet, dans laquelle EDF se présente comme "partenaire officiel d'un monde bas carbone" et assure produire 98 % de son électricité "sans CO2". 

"C’est une tentative désespérée de l’industrie nucléaire de faire croire que la fabrication de ce type d’énergie ne produit pas de CO2. C’est complètement faux !", s’insurge Charlotte Mijeaon, l’une des porte-parole de Sortir du nuclaire, contactée par France 24.

"Greenwashing"

Dire que "98 % de l’ électricité produite en France" par EDF "est sans CO2", comme l’indique la publicité mise en cause, c’est ne pas prendre en compte le cycle entier de fabrication d’électricité nucléaire, explique la jeune femme. "L’extraction de l’uranium qui va servir à produire l’énergie nuclaire, produit des émissions de CO2, tout comme la fabrication du combustible et la gestion des déchets nuclaires en aval".

Pour Sortir du nucléaire, ces slogans ne sont ni plus ni moins qu’une opération de "greenwashing" - le fait pour une entreprise d’abuser ou d’utiliser à mauvais escient l’argument écologique - lancée par EDF à la veille de la COP 21, qui s’est tenue à Paris fin 2015, et dont l’entreprise était l’un des partenaires.

L’avis rendu par le jury de déontologie publicitaire va dans ce sens, puisqu’il estime que ces affirmations sont bien "susceptibles d’induire le public en erreur sur la réalité écologique des actions de l’annonceur".

"Avis symbolique"

Chez EDF, on explique qu’entre la date du dépôt de plainte et la publication de l’avis début janvier, la publicité en question a été modifiée. Un astérisque précisant que le chiffre de 98 % ne prend pas en compte le cycle de vie des énergies produites a ainsi été ajouté. "Emissions directes Hors analyse du cycle de vie (ACV) des moyens de production et des combustibles / indicateurs de performance financière et extra-financière, EDF 2014", est-il désormais mentionné. L’entreprise estime aujourd’hui que "l’ensemble des précisions nécessaires ont été apportées".

Elle n’est pas tenue de retirer ou de modifier sa publicité, le jury de déontologie nucléaire n’ayant aucun pouvoir de sanction. "Mais c’est un avis symbolique important car il est reconnu dans le monde de la communication", explique Charlotte Mijeon. La militante espère qu’il aura du poids dans le jugement que rendra le tribunal de grande instance de Paris, devant lequel Sortir du nucléaire a porté plainte contre EDF pour "pratique commerciale trompeuse". 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.